VIDÉO - Énergie : consommer moins, certaines entreprises n'y arriveront pas

TF1 | Reportage Vincent Capus, Christophe Napoli
Publié le 30 août 2022 à 15h55

Source : JT 13h Semaine

Le gouvernement demande officiellement aux entreprises de réduire leur consommation d'énergie de 10%.
Le problème, c'est que toutes n'y arriveront pas.
Le 13H de TF1 est allé à la rencontre de la gérante d'une PME pour qui cette baisse est inenvisageable.

Le gouvernement demande aux entreprises de réduire leur consommation d'énergie cependant pour certaines entreprises, cette économie d'énergie est inenvisageable. Les équipes du 13H de TF1 sont allées à la rencontre de la gérante d'une PME,  La Verrerie de Biot, dans les Alpes-Maritimes. Pour fabriquer du verre, les fours de fusion électriques doivent fonctionner 24 heures sur 24 à plus de 1 000 degrés, comme le montre le reportage en tête de cet article. 

Anne Lechaczynski, la gérante de cette verrerie est catégorique, baisser sa consommation d'énergie de 10% comme le demande le gouvernement est inenvisageable sur son outil de travail. "Je ne vais pas pouvoir le faire. Si je n'ai plus d'électricité pendant deux heures sur mon four de fusion, la température ne va pas rester et je vais perdre malheureusement mes fours de fusion et là ce sont des investissements de 50 000 euros", explique-t-elle.

"S'il y a moins d'énergie, il y aura moins de travail"

Plus de 200 pièces sont fabriquées quotidiennement dans cette entreprise. Elle emploie une vingtaine de salariés dont neuf verriers. "Si on enlève 10%, on travaillera 10% de moins. Il nous faut de l'énergie toute la journée pour travailler, on est obligé de faire tourner les fours. S'il y a moins d'énergie, il y aura moins de travail", déplore Marc Berlie, maître verrier.

Pour faire des économies, la cheffe d'entreprise, dont l'énergie représente un quart de ses dépenses de fonctionnement, a bien quelques pistes, mais seront-elles suffisantes ? "Je pense aux ordinateurs, aux onduleurs qu'on ne ferme pas le soir, à l'électricité dans le magasin. On a des processus compliqués, ne pas pouvoir les appliquer pendant une heure ou deux, ça n'est peut-être pas un drame pour un bureau mais c'est un drame pour une industrie", lance Anne Lechaczynski. Ce qu'elle redoute, ce sont des coupures d'énergie contraintes qui mettraient alors en péril son activité.


TF1 | Reportage Vincent Capus, Christophe Napoli

Tout
TF1 Info