Hausse de l'électricité et du gaz à partir de ce 1er janvier 2023 : à quoi faut-il s’attendre ?

V. F - Reportage vidéo : Christophe Abel, Laura Baqué et Pascal Marcellin
Publié le 28 décembre 2022 à 15h35, mis à jour le 31 décembre 2022 à 19h17

Source : JT 20h Semaine

Attendez-vous à une hausse de l’électricité et du gaz à partir du 1er janvier, car le gouvernement a mis en place un nouveau bouclier tarifaire.
Qui est concerné et comment cela va-t-il fonctionner ?

Cette année, Xavier et sa famille ont fait beaucoup d’efforts pour ne pas voir leur facture d’énergie augmenter. "Le 19°C, on l'applique depuis longtemps. On ne chauffe pas la nuit, on ne chauffe pas la journée si la personne qui reste travaille ici", égrène-le père de famille, dans la vidéo du JT de TF1 en tête de cet article. Pourtant, dans quelques semaines, celui-ci n’échappera pas à une augmentation des tarifs. 

Quelles augmentations de facture ?

Quoi qu’il arrive, Xavier sera moins protégé. Si la hausse des prix était limitée à 4%, désormais, elle sera de 15% en moyenne, pour les clients qui ont souscrit une offre en tarif réglementé ou dont le contrat est indexé sur ce tarif. "Avec l’augmentation, on passe de 1 200 à 1 380 euros. Ça va réduire tout ce qui va être du loisir ou des biens de consommation", explique-t-il.

Pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson (tarif base) ou l'eau chaude (B0), la hausse pourrait être moindre, tout dépendra d'un arrêté gouvernemental attendu d'ici au 31 décembre. En copropriété, le bouclier tarifaire fonctionne moins bien : l'aide est plafonnée et le syndic de l'immeuble ou le bailleur social doit réclamer une aide a posteriori.

Quel calendrier ?

Quand interviendront ces augmentations ? Pour le gaz, c’est à partir du 1er janvier, et au 1er février pour l’électricité. On le rappelle : tous les foyers individuels et les petites copropriétés sont concernés par ce bouclier tarifaire. Après février, y aura-t-il d’autres hausses sur vos factures ? La réponse est non. En tout cas, pas jusqu’au 30 juin pour le gaz. Pas de nouvelle hausse non plus jusqu’à fin 2023 pour l’électricité.

Toutefois, certains ménages se plaignent : "C’est le rôle du gouvernement de rentrer et d’intervenir dans le marché dans ces cas-là", interpelle un riverain, tandis qu'une mère de famille estime que cette augmentation ne va pas passer inaperçue. "Nous, on va la sentir. Mais on n’est pas les plus à plaindre", dit-elle. 

Qui va payer plus cher au 1er janvier ?

Ces augmentations vont concerner environ 40% des ménages. Il s'agit des abonnés d'Engie en tarif réglementé ou d'un des 22 fournisseurs locaux, comme Gaz de Bordeaux, ou les clients d'autres fournisseurs ayant une offre indexée sur le tarif réglementé. Pour ces clients, les tarifs n'ont pas bougé depuis le 1er novembre 2021 grâce au bouclier tarifaire sans lequel la facture aurait augmenté de 122%. L'État a payé la différence et compensé aux fournisseurs de gaz. Actuellement, "on peut trouver des contrats au même niveau que le tarif réglementé, mais pas moins cher", dit à l'AFP le médiateur de l'énergie, qui propose un comparateur d'offres indépendant et gratuit.

Qui échappe à la hausse de janvier ?

Rien ne change pour les clients ou copropriétés qui avaient souscrit une offre à prix fixe souvent sur une ou plusieurs années. Mais ils s'exposent à une hausse de tarif quand leur contrat arrivera à échéance : certains ont déjà doublé, triplé ou plus en 2022. Il est donc conseillé de bien comparer les offres, car les copropriétés, quand elles s'engagent, paient des pénalités en cas de résiliation.


V. F - Reportage vidéo : Christophe Abel, Laura Baqué et Pascal Marcellin

Tout
TF1 Info