VIDÉO - Aura-t-on assez d'électricité cet hiver ? Reportage exclusif dans le centre névralgique de RTE

par M.T | Reportage Pierre Gallaccio, Michael Merle et Guillaume Aguerre
Publié le 7 novembre 2023 à 23h41, mis à jour le 8 novembre 2023 à 9h41

Source : TF1 Info

Tarifs élevés, risques de coupures... l'an dernier, l'approvisionnement en électricité est devenu une préoccupation majeure suite aux niveaux de production historiquement bas du parc nucléaire français.
Une situation qui sera "plus favorable" cet hiver selon RTE.
En exclusivité, l'une de nos équipes a pu filmer un centre dans lequel des techniciens gèrent le réseau électrique et décident d'éventuelles coupures.

En immersion au cœur du système électrique français. Dans ce centre en région parisienne, une centaine d'agents contrôlent la production électrique nationale en continu et en direct. "La situation aujourd'hui est plus favorable à celle que nous avions à la même époque en 2022", détaille Jean-Paul Roubin, directeur exécutif de RTE, interrogé dans le reportage en tête de cet article. En effet, l'hiver dernier, l'approvisionnement en électricité était devenu une préoccupation majeure suite au niveau de production historiquement bas du parc nucléaire français.

Ce mercredi 8 novembre se tient une conférence de presse sur les perspectives du système électrique pour l’hiver 2023-2024. RTE doit notamment y présenter ses analyses sur la sécurité d’approvisionnement, ainsi que les évolutions du dispositif Écowatt. Avec ce système mis en place l'an dernier par RTE et l'Ademe, l'agence publique chargée de la transition écologique, une alerte SMS "Vigilance coupure" est systématiquement envoyée aux usagers pour leur demander de réduire ou de décaler leur consommation lorsque celle-ci est trop élevée sur le réseau. 

"Le risque zéro n'existe pas. C'est pour cette raison qu'il est important de continuer les efforts de sobriété", rappelle Jean-Paul Roubin. Une sobriété qui se poursuit cette année, avec -8% de consommation d'électricité en septembre selon RTE, par rapport aux moyennes des années précédentes. "On fait attention à bien éteindre les lumières, aux prises électriques, ou encore aux multiprises", abonde une passante, interrogée dans le reportage ci-dessus. "Tout ce qui est énergie, ce n'est pas inépuisable, donc il faut faire attention", renchérit une autre. Cet hiver, le signal d'alerte Écowatt reste d'actualité pour prévenir d'un éventuel risque de coupure s'il fait particulièrement froid. 

Pour prévenir d'une potentielle coupure d'électricité, les agents décident, depuis le centre névralgique de RTE, d'émettre un signal orange ou rouge. Les pointes de consommation du matin et du soir sont quotidiennement scrutées. "Il est 17h58, et là, ce que l'on voit, c'est que la consommation française atteint quasiment son maximum", explique Jean-Paul Roubin, en pointant du doigt une courbe verte. Une consommation, ce soir-là, supérieure aux prévisions. Il faut alors produire davantage d'électricité. 

Une dizaine de réacteurs nucléaires supplémentaires par rapport à l'hiver 2022

Si la situation est moins tendue que l'an dernier, c'est parce qu'une dizaine de réacteurs nucléaires supplémentaires fonctionnent en France. "Aujourd'hui, début novembre, on a une situation qui est plutôt en export sur l'ensemble de nos frontières. L'année dernière, à cette période, on commençait déjà à être en situation d'import", explique anonymement un gestionnaire du réseau "Dispatcher" de RTE. 

D'après RTE, il faudrait en réalité des températures inférieures de plus de cinq degrés par rapport aux normales de saison, et pendant plusieurs jours, pour que ce centre névralgique passe en alerte rouge. 


M.T | Reportage Pierre Gallaccio, Michael Merle et Guillaume Aguerre

Tout
TF1 Info