Votre pouvoir d'achat

Familles rurales plaide pour l'instauration d'un "chèque fruits et légumes" face à la flambée de leurs prix

V. Fauroux | Reportage TF1 : Fabien Chadeau, Éric Berra et Frédéric Mignard.
Publié le 21 janvier 2022 à 18h18
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

INFLATION - Les fruits et légumes sont en passe de devenir un luxe pour de nombreux Français. Leurs prix ont augmenté de 9% en deux ans, selon les calculs de Familles rurales, qui réclame un "chèque fruits et légumes" comme il en existe pour l'énergie.

Les prix du beurre, du lait ou encore de la farine ont explosé. Les fruits et légumes aussi :  + 9% en deux ans, selon l'association de consommateurs Familles rurales, qui publie chaque année un observatoire des prix des biens de consommation courante*.

Résultat, pour dépenser moins, certains privilégient les petits producteurs, quand d'autres limitent carrément leur consommation. "J'achète moins. Avant, j'achetais par kilo maintenant j'achète par 3 ou 4 clémentines ou oranges. On réduit un petit peu ; on est obligé sinon à la fin du mois ça devient très dur", confirme dans la vidéo en tête de cet article une cliente du marché de Houdan, dans les Yvelines, où s'est rendu TF1.

Familles rurales a en outre calculé que s'alimenter conformément aux préconisations du plan national nutrition santé (PNNS) coûte, pour une famille de quatre personnes (deux adultes, un ado et un enfant), avec un panier varié, 696 euros pour les premiers prix, 765 euros pour les marques nationales et 1148 euros pour une famille "adepte du bio". Cette note tombe à 450 euros en variant moins les produits, mais en respectant la diversité des catégories et la saisonnalité. Il s'agit du budget global mensuel pour l'alimentation d'une famille. 

"À ce prix-là, le tout bio est loin d'être à la portée de toutes les bourses", commente Familles rurales, qui, "pour rassurer les familles, (rappelle) que, pour rester en bonne santé, l'essentiel demeure de consommer suffisamment de fruits et légumes peu importe qu'ils soient bio ou non".

L'association note par ailleurs un "écart de prix substantiel entre le même panier de courses acquis en métropole et celui acheté en Outre-mer". Des relevés de prix ont été opérés à la Réunion, à Mayotte, en Guadeloupe et en Martinique sur les mêmes produits que ceux effectués en métropole. Verdict : "le même panier de produits y coûte près de 50% plus cher".

Cette augmentation grève le budget de nombreux Français, regrette Familles rurales. "Les familles les plus modestes mathématiquement vont moins consacrer de budget à ce panier alimentaire et en particulier aux fruits et aux légumes, c'est la raison pour laquelle nous plaidons pour l'instauration d'un 'chèque fruits et légumes' comme il en existe un en matière d'énergie", avance auprès de TF1 Nadia Ziane, directrice Consommation et Juridique chez Familles rurales. L'association estime qu'environ six millions de personnes auraient besoin de cette aide pour améliorer leur alimentation.

* L'enquête de Familles rurales a été réalisée sur quatre périodes, février, avril, juin et octobre 2021 dans 148 magasins (hypermarchés, supermarchés, enseignes à dominante marques propres type hard-discounts, spécialisés bio), par une équipe de 107 "veilleurs consommation" sur 37 départements.


V. Fauroux | Reportage TF1 : Fabien Chadeau, Éric Berra et Frédéric Mignard.

Tout
TF1 Info