Produits alimentaires, vêtements, décorations, objets électroniques... Jusqu'où les enseignes peuvent-elles baisser leurs prix ? Que dit la loi ?

Promotions, soldes, ventes à prix coûtant, il est parfois difficile de s'y retrouver. Les règles sont par ailleurs strictes. Vendre un produit moins cher que ce qu'on l'a acheté est appelé la vente à perte. Cette pratique est interdite, sauf dans trois cas précis : la liquidation ou le changement de commerce, les produits alimentaires périssables et pendant les soldes.

Dans une boutique que nous avons visitée, en période de soldes, vendre à perte est donc autorisé. Un coup de pouce pour limiter les invendus. "Avoir du stock, c'est très mauvais pour un commerce. Il faut liquider. Il vaut mieux le vendre à perte parce que ça ne sert à rien de l'avoir derrière. C'est de l'argent qui dort", précise Véronique Lescouet, gérante chez "Les Josettes" à Clamart.

Les soldes sont autorisés deux fois par an. Alors certains font d'autres opérations commerciales toute l'année, comme la vente à prix coûtant, c'est-à-dire sans faire de bénéfice. Cette technique est beaucoup utilisée dans les grandes surfaces pour le carburant, ou plus récemment pour les autotests.

TF1 | Reportage L. Deschateaux


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info