Le WE

Flambée des prix de l'énergie : les fabricants d'inserts et de poêles à bois ont du mal à fournir

V. F - Reportage vidéo : Nathalie Chiesa, Charlotte Sebire et Patrick Delannes
Publié le 5 novembre 2022 à 20h06
JT Perso

Source : JT 20h WE

Face à la flambée des prix de l'énergie, beaucoup ont abandonné le gaz ou le fioul au profit du bois pour se chauffer.
Problème, les fabricants d'inserts et de poêles n'arrivent pas à répondre à la demande.
Les délais de livraison augmentent, pour certains, cela varie de deux, trois à six mois.

Qu'elle soit ronde ou triangulaire, la bûche est devenue le nouveau Graal des consommateurs. Il faut dire qu'avec la flambée des prix de l'énergie, les consommateurs se ruent sur les poêles et autres inserts. Illustration dans une usine du groupe Seguin, à Randan, dans le Puy-de-Dôme, où le stock s'amenuise chaque jour. Pour faire face à la demande, cette entreprise a dû totalement se réorganiser. "On a réaxé complètement nos lignes de production, on a embauché énormément et on est passé, pour certaines usines, en 2/8, voire en 3/8, dans certaines unités de production. Depuis globalement un an, on a pratiquement doublé notre production", explique le directeur commercial, Cédric Laurent, dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article. 

Si on prend les poêles Austroflamm, nous ne les aurons qu'en juin l'année prochaine.

Gérard Piot, directeur de "Granit et Flamme" à Montluçon (Allier).

Désormais, en France, les fabricants vendent 70 % de poêles à bois contre 20 % de poêles à granuler, pourtant, au top des ventes, l'an dernier. Seulement voilà, la pénurie de matériaux freine considérablement la production. "On a l'impression que c'est une boîte dans laquelle on met des bûches et ça brûle, mais bien évidemment, c'est beaucoup plus complexe. C'est un ensemble de composants, des vitres, des briques réfractaires... On a besoin de trouver des solutions pour pouvoir faire face à cette demande", admet le directeur général de Seguin, Pascal Cornet.

Le groupe mise sur sa filiale au Danemark pour fournir le marché français comme européen. Les commandes en Allemagne ont, elles-aussi, récemment doublé, ce qui entraîne une difficulté majeure : les délais de livraison. "Ça varie de deux, trois à six mois, lance ainsi Gérard Piot, le directeur de "Granit et Flamme" à Montluçon (Allier). Si on prend les poêles Austroflamm, nous ne les aurons qu'au mois de juin de l'année prochaine." 

Lire aussi

Avec près de 360.000 poêles à bois déjà commandés, les poseurs sont également débordés et trop peu nombreux sur le marché. Un casse-tête de plus pour les revendeurs. "Jusqu'en février, on a beaucoup de poses et il n'y a clairement pas assez de jours pour tout poser. C'est clairement un casse-tête journalier", reconnaît Jules Boileau, commercial chez "Granit et Flamme".

Enfin, pour bénéficier de la PrimeRénov,  qui vise à financer le remplacement d'une chaudière au fioul par un nouvel équipement de chauffage, les consommateurs doivent passer commande chez un professionnel agréé.


V. F - Reportage vidéo : Nathalie Chiesa, Charlotte Sebire et Patrick Delannes

Tout
TF1 Info