Le 20h

Interdiction du chauffage au fioul à partir de 2022 : ce qui attend les Français concernés

V. F
Publié le 15 janvier 2021 à 10h02
JT Perso

Source : TF1 Info

ENVIRONNEMENT - A partir du 1er janvier 2022, il sera interdit d'installer une chaudière au fioul neuve dans les logements. Alors que près de 3,5 millions de foyers possèdent ce mode de chauffage, comment la transition va-t-elle se passer ?

Polluant, cher... Le fioul est sous le feu des critiques. Et pourtant, 3,5 millions de foyers - surtout dans les campagnes et dans les zones périurbaines - utilisent encore cette énergie pour se chauffer. Alors que l'on sait que l'impact carbone des bâtiments représente 20% des gaz à effet de serre, le gouvernement a donc décidé de s'attaquer au problème. 

Résultat, à compter du 1er janvier 2022, il sera interdit d’installer une chaudière au fioul neuve dans les logements existants. "Nous obligerons aussi à remplacer les chaudières au fuel ou au charbon qui sont en panne par une chaudière plus vertueuse", a indiqué Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée au Logement.

Dans le neuf, l'interdiction démarrera même le 1er juillet 2021. L'objectif est de remplacer d'ici 2028 la quasi-totalité des chaudières par des modèles plus écologiques. Pour justifier cette décision, la ministre a précisé que "le chauffage au fioul d'une maison moyenne de 100 mètres carrés pendant un an représente 50.000 km en voiture".

Des exceptions envisagées

Le décret précisant la phase de transition vers l'interdiction des chaudières au fioul est soumis à la consultation publique depuis ce mercredi, avant sa publication prévue au printemps. Des exceptions sont envisagées en l’absence d'alternative "manifeste", a prévenu Emmanuelle Wargon ce jeudi dans Le Parisien. Parfois il n'y a "pas de gaz de ville ce qui empêche d'installer une chaudière au gaz ou bien l'apport en électricité est insuffisant pour une pompe à chaleur", a-t-elle souligné. Dans d'autres cas "très particuliers" de maisons de ville ou d'immeuble collectif, il n'y a pas suffisamment de place pour installer une pompe à chaleur hybride ou une chaudière à bûches ou granulés.  "Mais cela reste très marginal", selon la ministre en charge du Logement. 

Pour ceux qui seraient tout de même tenté de faire appel à ce mode de chauffage avant son interdiction en 2022, le gouvernement rappelle que cette énergie à un coût, et non des moindres. Il faut compter le prix de la cuve, son installation et, bien sûr, la facture de fioul, dont le montant annuel se situe entre 1500 et 2500 euros. Mais cela peut grimper jusqu'à 3000 euros, lorsque les chaudières sont anciennes. Or, 75% des chaudières ont plus de 15 ans. 

Lire aussi

Comptez en revanche 750 euros pour une pompe à chaleur, et 1500 euros pour un chauffage au gaz ou une chaudière à granulés. L'investissement peut donc être rentabilisé en quelques années, d'autant que des aides, publiques et privées, devraient compenser (en partie) la facture. Sachez par ailleurs que les foyers qui ont déjà une chaudière n'auront pas l'obligation d'en changer tant que leur matériel fonctionne. 


V. F

Tout
TF1 Info