Le 13H

La consommation d’alcool à domicile s’envole depuis le début de l'année

LT
Publié le 26 avril 2021 à 16h48, mis à jour le 26 avril 2021 à 17h49
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

CONFINEMENT - Alors que les bars sont fermés depuis plusieurs mois, la consommation d’alcool à domicile s’envole.

Au premier confinement, les ventes d’alcool avaient considérablement baissé. Mais aux deuxième et surtout troisième, la tendance s’est inversée. Les ventes de bières et de cidres ont augmenté de 18,5% en chiffre d’affaires et de 15,9% en volume lors du premier trimestre 2021 par rapport à celui de 2020, selon une étude du cabinet spécialisé IRI dévoilée par Le Figaro. Les ventes de bières spéciales ont tiré ce chiffre vers le haut, avec une hausse des ventes de 25,7%.

Avec la fermeture des bars et des restaurants, les habitudes des Français ont en effet changé. "J’achète plus régulièrement de la bière et du vin. Après, avec parcimonie le week-end, on va dire que j’achète de l’alcool un peu plus fort", confie le client d'un magasin dans le reportage de TF1 en tête de cet article. "Ça peut être toutes sortes de vins blancs ou rosés", ajoute une autre.

 

Les spiritueux et champagnes ont eux aussi remporté un franc succès ces derniers mois selon l'étude de l'IRI : le chiffre d’affaires a progressé de 15,3% et le volume vendu de 13% pa rapport à la même période l'an dernier. Les vins effervescents connaissent eux une augmentation de 41,6% du chiffre d’affaires. Le rhum, quant à lui, s’est vendu à + 25,2%. Pour le whisky, c’est + 11,5% en mars. En tout sur le mois de mars, la croissance des achats de spiritueux et de champagnes a enregistré une hausse de 24%.

L’alcool utilisé comme "anxiolytique"

Pour autant, les Français boivent-ils plus qu’avant ? Non car pour la bière par exemple, les litres acheté sen grande surface n'ont pas été consommés dans les bars.

Lire aussi

Les Français consomment donc autant, mais à la maison, avec souvent la recherche d'un effet anti-déprime. "Il y a une anxiété qui a beaucoup augmenté, qui a presque doublé, souligne auprès de TF1 Pascale Hébel, sociologue au Crédoc, le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie. Finalement, on va essayer de trouver des produits qui sont un petit peu plus anxiolytiques, donc les Français se lâchent parce qu’ils ne vont pas très bien et ils consomment un petit peu plus d’alcool. Cela peut être de l’alcool qui est consommé seul, et ça, ce n’est pas une très bonne chose".  

Avec la réouverture progressive des bars et restaurants mi-mai, la vente d’alcool en grande surface pourrait baisser significativement, entraînant avec elle le chiffre d’affaires des magasins. 


LT

Tout
TF1 Info