VIDÉO - Magasins d'habillement : la fin d'un modèle ?

par La rédaction de TF1 | Reportage : Justine Corbillon, Carlo Parédès, Lucas Lassalle
Publié le 1 décembre 2023 à 11h30

Source : JT 20h Semaine

L'enseigne Kookaï, en redressement judiciaire, va être partiellement reprise et 90% des boutiques vont fermer, soit 150 emplois vont disparaître.
Elle illustre les difficultés du secteur de l'habillement.
Qui parviendra à tirer son épingle du jeu ?

Les mannequins quittent la vitrine, définitivement. L’enseigne de vêtement Orcanta vient de mettre la clé sous la porte et c'est comme ça presque toutes les semaines dans la principale rue commerçante de Limoges. Camaïeu, Pimkie, Kookaï ou encore Naf Naf, ces marques ont de grandes difficultés, dépassées par plusieurs phénomènes. D’abord le commerce en ligne où 20% des ventes de vêtements se font aujourd'hui par Internet.

Les boutiques qui ont résisté cette année 2023, ce sont celles qui se sont développées sur les réseaux sociaux, comme cette commerçante rencontrée cet été. Elle vend autant en boutique que sur son site, qui lui permet en plus d'exporter. Mais le commerce en ligne n'est pas l'unique raison de la chute de certaines grandes marques.

La célèbre enseigne Petit Bateau l'a bien compris, elle a collecté, depuis janvier 2023, 140.000 vêtements, rapportés par les clients. Ce sont des vêtements de qualité à peine portés et revendus ensuite jusqu'à moitié moins cher. La seconde main et les marchés de la location sont en plein essor. Une autre marque propose de louer cinq articles pour 19 euros par mois. Les enseignes qui résistent à cette crise du prêt-à-porter sont celles qui proposent des produits plus durables et renforcent leur présence sur Internet.


La rédaction de TF1 | Reportage : Justine Corbillon, Carlo Parédès, Lucas Lassalle

Tout
TF1 Info