La flambée des prix de l'énergie

Mouchoirs, papier toilette… Pourquoi les prix devraient grimper

V. F | Reportage vidéo : Valentin Dépret, G. Thorel, A. Santos
Publié le 1 avril 2022 à 12h15
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Les mouchoirs ou le papier toilette sont des produits essentiels du panier des courses, mais leur prix devrait bientôt augmenter.
Car pour les fabriquer, il faut de l'énergie, et en particulier du gaz.
Or, son cours a flambé depuis le début de la guerre en Ukraine.

Nouveau coup dur pour le pouvoir d'achat des ménages. Le prix des mouchoirs en papier, de l'essuie-tout et du papier toilette, qui avait déjà augmenté de quelques centimes d'euros depuis le début de l'année, devrait encore grimper. Et la hausse pourrait atteindre les 30%. Une nouvelle très mal accueillie par les consommateurs : "Je n'ai pas une grosse retraite donc oui, ça va avoir un impact", s'inquiète par exemple la cliente d'un supermarché dans la vidéo du JT de 20H en tête de cet article. Plus fataliste, un autre client reconnaît : "Ce sont des produits assez simples qu'on achète tous, on n'a pas trop le choix, il faut faire avec", dit-il.

En un an : +10 centimes par rouleau

Alors pourquoi une telle augmentation ? Pour le savoir, le JT de TF1 s'est rendu à Orval sur Sienne, en Normandie, dans l'usine d'un fabricant de papier toilette. Ses matières premières lui coûtent de plus en plus cher, à commencer par la pâte à papier : +40% en un an. 

Mais la plus grosse dépense est une machine qui sert à sécher le papier. Elle utilise énormément de gaz pour chauffer les bobines. "C'est elle qui consomme la quasi-intégralité de notre énergie", confirme Emmanuel Coulon, directeur général de Papeco. "Avec l'augmentation des coûts, on a multiplié l'électricité par deux, le gaz par quatre. On était sur un montant d'un million d'euros par an ; là, on est sur trois millions d'euros", explique-t-il.

L'entreprise estime donc ne pas avoir d'autre choix que d'augmenter ses prix. En un an : +10 centimes par rouleau. "On est obligés de répercuter des hausses quasiment tous les mois. On ne peut même pas garantir des tarifs dans le temps puisqu'on n'a aucune visibilité", regrette Frédéric miramont, directeur commercial de Papeco.

Lire aussi

Pour d'autres poids lourds du secteur, les hausses ne sont pas encore tranchées. En pleine renégociation, ils n'hésitent pas à mettre la pression sur la grande distribution. "Si jamais ces coûts n'étaient pas répercutés, les décisions rationnelles des entreprises seraient d'arrêter de produire et on arriverait, dans ces cas-là, dans une situation que personne ne souhaite, à savoir une situation de pénurie avec des linéaires dans les grandes surfaces qui sont vides", prévient Paul-Antoine Lacour, délégué général de la Confédération française de l'industrie des papiers, cartons et celluloses. 

Pour ne pas en arriver là, ces entreprises comptent aussi sur un coup de pouce du gouvernement. Elles espèrent une compensation des coûts de l'énergie, voire un blocage des prix de ces produits d'hygiène.


V. F | Reportage vidéo : Valentin Dépret, G. Thorel, A. Santos

Tout
TF1 Info