Dès cet été, une nouvelle étiquette va apparaître sur certains produits.
Ce logo, nommé Origin'Info, indiquera l'origine des ingrédients composant ces produits.
On vous explique comment cela va fonctionner.

Un nouveau label pour mieux informer. À partir de cet été, une nouvelle étiquette, nommée Origin'Info, va apparaître sur les produits transformés des supermarchés. Ce logo doit indiquer la provenance des différents ingrédients qui les composent. "Les étiquettes sont pas très simples, pas très lisibles, donc qu'il y ait plus de transparence, qu'il y ait une norme qui soit présente, qu'on puisse facilement l'identifier, c'est plutôt bien", salue un consommateur au micro de TF1, dans le reportage en tête de cet article. Mais comment cela va fonctionner précisément ? On vous explique.

Un dispositif facultatif

Que va indiquer l'étiquette ? Ce label doit préciser l'origine des trois principaux ingrédients d'un produit transformé, que ce soit un plat préparé, une salade, un sandwich ou encore de la charcuterie. Cette étiquette pourra prendre plusieurs formes. Elle indiquera l'origine des trois principaux ingrédients, l'origine de ceux-ci ainsi que leur lieu de transformation ou la répartition en valeur de ces origines grâce à une visualisation à l'aide d'un camembert. Par ailleurs, certaines marques pourront faire le choix d'afficher ces informations sous la forme d'un QR Code.

Quand va être déployé ce dispositif ? La présentation de l'étiquette, promise par la ministre Olivia Grégoire en réaction à la crise agricole, est issue d'une concertation avec les acteurs de l'industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. Les marques les plus en avance pourraient faire apparaître la mention dès cet été.

Quels produits seront concernés ? Au total, 10.000 références devraient porter cette étiquette d'ici la fin de l'année. Tous les produits transformés ne sont pas concernés néanmoins puisque le label n'est pas obligatoire. Seules les entreprises volontaires afficheront l'étiquette. Actuellement, seuls 80 grands groupes industriels ont décidé d'adhérer à la démarche.

"Si un industriel veut l'utiliser uniquement pour les produits qui utilisent des ingrédients qu'il veut afficher parce que c'est une origine valorisante, il peut le faire, tout en ne donnant aucune information à l'inverse sur des produits avec des origines qui ne sont pas très valorisantes", pointe ainsi Olivier Andrault, chargé de mission au sein de l'association de consommation UFC-Que Choisir.


A. Lo. Reportage : Matthias Beringer, Christine Chapel, Séverine Fortin

Tout
TF1 Info