VIDÉO - Avez-vous remarqué ce nouveau QR code sur les étiquettes des vêtements ?

par Léa TINTILLIER Reportage TF1 | Elena Despatureaux, Jean-François Drouillet, Quentin Trigodet
Publié le 20 janvier 2023 à 8h34

Source : JT 20h Semaine

Depuis le 1er janvier, un QR code est obligatoire sur les étiquettes des vêtements des marques à gros chiffre d'affaires.
Il permet, entre autres, de connaître d’où vient la matière première et où le produit a été conçu.
Un vrai gage de transparence ?

Vous connaissiez le Nutri-Score pour les aliments, l’indice de réparabilité pour l’électroménager, désormais, c’est au tour des vêtements d’afficher une nouvelle étiquette. Sur celle-ci, il y a un QR code à scanner avec votre téléphone pour savoir comment et où le vêtement a été fabriqué. Depuis le 1er janvier, c’est obligatoire pour les plus grandes marques. 

Que nous apprennent de plus ces nouvelles étiquettes ? L’un des leaders du textile français nous a ouvert ses portes. "Le client va être beaucoup plus informé, tout simplement. Informé sur les différentes usines étant intervenues dans la fabrication du produit, en partant de la matière première jusqu'à nos entrepôts, avec l’ensemble des kilomètres parcourus", explique Jean Loez, directeur production et sourcing de Maje. 

Le "passeport" du vêtement

Ce QR code est un peu le passeport du vêtement. Par exemple, pour un pull, en un scan, on apprend que la laine vient d’Australie. La filature a été faite en Italie et la confection au Maroc. Au total, le pull a parcouru plus de 20.000 kilomètres. "Par la transparence, nous espérons acquérir la confiance en effet de notre consommateur, mais on ne lui cache rien", poursuit Jean Loez. 

Industrie parmi les plus polluantes de la planète, le secteur textile met sur le marché français plus de 600.000 tonnes de vêtements par an, dont 96% sont importés. Ce nouveau QR code peut-il alors influencer vos achats ? "Franchement, c’est bien pour les gens comme moi qui se soucient d’où c’est fait, comment c’est fait, ce que constitue le produit", estime la cliente d’un magasin. 

"Rien n’oblige les marques à faire vérifier leurs informations"

Cette ingénieure a créé une application gratuite de notation pour les vêtements, utilisée par dix millions de consommateurs. Pour elle, ces nouvelles étiquettes sont incomplètes ; nlles ne disent rien des conditions de travail des ouvriers par exemple, et toutes les informations sont fournies par les marques. "Il y a plus d’un Français sur deux qui ne fait pas confiance aux informations qui viennent des marques elles-mêmes, et là, il n’y a rien qui oblige les marques à venir faire vérifier leurs informations, donc ce qui est affiché, ce sont les informations publiées par la marque elle-même sans vérification des pratiques", explique Marguerite Dorangeon. 

Pour l’heure, seules les marques avec plus de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel sont concernées par ce nouvel étiquetage. Il sera obligatoire pour les plus petites enseignes d’ici à trois ans. 


Léa TINTILLIER Reportage TF1 | Elena Despatureaux, Jean-François Drouillet, Quentin Trigodet

Tout
TF1 Info