Au rayon bonbons, les petits oursons colorés Haribo ont la cote.
Ce succès a commencé il y a maintenant 100 ans.
Ils ont leur propre musée et une recette bien gardée.

Malgré leur grand âge, 100 ans cette année, ces petits oursons n'ont pas pris une ride. Après tout ce temps, les gourmands ne s'en lassent pas. Un succès qui s'explique avant tout par une recette qui n'a jamais changé, notamment l'ingrédient principal : du sucre évidemment. Pour fabriquer ces petits nounours, on moule d'abord leur empreinte dans de l'amidon de maïs. On coule ensuite le sirop auquel on a ajouté  des arômes et des colorants, comme on peut le voir dans le reportage de TF1 en tête d'article. 

Cela suffit pour faire, aujourd'hui, de cet ours une icône mondiale. Il a même droit à son musée où se trouvent certaines pièces de collection. "Nous avons une réplique de sculpture de 'l'ours d'or', des moules en plâtre sculptés à la main, un des premiers distributeurs de bonbons de 'l'ours d'or'", énumère Marina Maurin, la directrice du musée Haribo d'Uzès, dans le Gard.

Dans la  réplique à l'identique buanderie de Hans Riegel, le créateur de la marque, se trouve l'authentique livre de recette. Mais secret de fabrication oblige, nous n'avons pas pu le feuilleter. Il est donc impossible de savoir s'il y a 100 ans déjà, l'ours se déclinait en plusieurs couleurs. En tout cas, rassurez-vous ! La production mondiale saura satisfaire tout le monde puisqu'il s'en fabrique 170 millions chaque jour. Très souvent copié, cet ours a donc de beaux jours devant lui.


TF1 | Reportage C. Diwo, S. Hernandez

Tout
TF1 Info