Panneaux solaires : combien peut vous rapporter leur installation ?

par A. LG TF1 | Reportage J. Roux, J.Y. Mey, S. Pierre
Publié le 23 mars 2023 à 13h06, mis à jour le 23 mars 2023 à 14h03

Source : JT 20h Semaine

Les installateurs de panneaux solaires croulent sous les demandes de particuliers désireux de produire eux-mêmes de l'électricité.
Ce concept s'appelle l'autoconsommation.
En comptant les économies réalisées et de potentielles reventes d'énergie, il peut rapporter gros.

L'installation de panneaux solaires est-elle vraiment rentable ? C'est la question qui revient souvent chez les particuliers désireux de produire eux-mêmes de l'électricité. Sonia et André, propriétaires d'un gîte à Marseille, font partie de ceux qui se la sont posée avant de se lancer. Si comme de nombreux Français ils ont finalement fait le pari de l'autoconsommation, c'est que cela peut rapporter gros en comptant les économies réalisées et de potentielles reventes d'énergie. 

Grâce à l'installation de 18 panneaux solaires sur leur toit exposé plein sud, ils espèrent en premier lieu faire baisser leur facture d'électricité qui s'élève, chaque mois, à 370 euros en moyenne. 

Amortir l'investissement de départ

Dans le détail, les panneaux photovoltaïques devraient leur permettre de consommer 60% de ce qu'ils produisent et revendre les 40% restants à EDF. "Cela représente environ 120-150 euros de moins sur la facture d'électricité par mois", explique Augustin Leroy, co-fondateur de MC est SOLAIRE. "À la fin de l'année, il y a une redistribution de ce qui n'aura pas été autoconsommé. Ça peut aller de 300 à 500 euros, en fonction de leur taux d'autoconsommation", précise-t-il.

Mais avant de bénéficier de ses économies, le couple a dû investir 17.500 euros. Avec l'aide de l'État, cela lui coûtera 15.000 euros. Un investissement de départ important qui, en plus de l'achat des panneaux solaires, comprend l'installation sur le toit et dans certains cas le raccordement, essentiel pour les personnes désireuses de revendre le surplus d'énergie produit. Selon leurs estimations, Sonia et André devraient amortir leur investissement dans sept à huit ans.

Les critères pour juger de la rentabilité potentielle

S'il reste difficile d'évaluer précisément la rentabilité de l'installation de panneaux solaires, plusieurs éléments sont à prendre en comte dans le calcul, outre l'autoconsommation et les potentielles ventes de surplus. C'est notamment le cas du rendement de l'installation qui dépend de la durée d'ensoleillement annuelle et de la chaleur moyenne dans la région, mais aussi de l'inclinaison des panneaux et de la zone du toit sur laquelle ils sont installés. 

La puissance des panneaux installés est également à prendre en compte, chaque modèle disposant d'un taux maximal de production désigné en kilowatt-crête (kWc). Enfin, la future consommation des résidents du foyer qui peut être estimée à partir des précédentes factures d'énergie, n'est pas à négliger. 

À noter que de nombreux simulateurs en ligne existent désormais pour évaluer la rentabilité de l'installation, dont celui proposé sur le site d'EDF ENR.

Avec l'augmentation des prix de l'énergie et les incertitudes sur les futurs tarifs de l'électricité, de plus en plus de particuliers cherchent, comme Sonia et André, à s'équiper en panneaux solaires. Mais les installateurs peinent à répondre à la demande et les délais s'allongent. "Nous c'est trois mois mais chez certains concurrents ça peut être une année d'attente", annonce Xavier Artaud, co-fondateur de MC est SOLAIRE. 

À titre de repère, pour accompagner la croissance du marché solaire, la France devra former 8000 installateurs d'ici cinq ans.


A. LG TF1 | Reportage J. Roux, J.Y. Mey, S. Pierre

Tout
TF1 Info