Ce vendredi, 28,5% des stations-service françaises manquaient d'au moins un carburant, contre 29,2% la veille.
Parmi les raisons de ce léger mieux, il y a les réquisitions décidées par le gouvernement, qui commencent à faire effet.

Des automobilistes qui attendent devant une station-service, à première vue, il n’y a rien de nouveau. Pourtant, à vous écouter, faire son plein n’a jamais pris aussi peu de temps depuis les débuts du blocage. Par endroit, la situation s’améliore. C’est sans doute l’effet direct des réquisitions. Depuis jeudi soir, 35 citernes ont pu quitter le dépôt de Dunkerque.

L’équivalent de 20.000 pleins de voiture ont ainsi été livrés dans les Hauts-de-France, de quoi réduire le nombre de stations en pénurie, de 32% hier à 25%. C’est la même chose pour l'Île-de-France, notamment approvisionnée par la raffinerie de Gravenchon, en banlieue de Rouen, elle aussi réquisitionnée- permettant de réduire petit à petit le nombre de stations en pénurie à 37%.

C’est un léger mieux, car depuis une semaine, avec tous ceux qui ont peur de manquer d'essence, il y a eu moins de surconsommation. Au total, 3.420 stations sont actuellement à la recherche de carburant, dont une grande partie en centre Val de Loire.


TF1info | Reportage : Charles Diwo, Cécile Madronet, et Claire Eckersley

Tout
TF1 Info