"C'est hyper trompeur" : la colère des producteurs de vin pétillant contre les étiquettes "Produit en France"

par M.D. | Reportage : Matthieu Perrot, Audrey Delabre.
Publié le 19 avril 2024 à 18h32

Source : JT 13h Semaine

Sur une bouteille de vin pétillant, savez-vous faire la différence entre les mentions "Produit en France" et "Produit de France" ?
L'une d'elles signifie simplement que les bulles ont été ajoutées sur le territoire français.
Si cette pratique commerciale est légale, elle fâche de plus en plus de producteurs français.

Au rayon vins pétillants des grandes surfaces, difficile de s'y retrouver. Sur certaines bouteilles, l'indication "Produit en France" est mise en avant sur l'étiquette, alors que sur d'autres, on peut lire la mention "Produit de France". La différence tient en une lettre. Qu'est-ce qui distingue ces deux vins pétillants ? Une équipe de TF1 pose la question aux clients d'un supermarché de Montpellier (Hérault) dans le reportage en tête de cet article.

"Je ne vois pas. Tous les deux indiquent le mot 'France' sur l'étiquette", déclare, perplexe, un père de famille. "Il doit y avoir une différence, mais elle ne me saute pas aux yeux", concède un autre. En fait, la mention "Produit en France" signifie simplement que les bulles ont été ajoutées sur le territoire français, à partir d'un vin fabriqué dans un autre pays. De quoi entretenir la confusion et faire grincer les dents de plus en plus de viticulteurs français. 

On s'approprie le savoir-faire français et on l'habille avec des produits qui ne sont pas produits en France.
Céline Michelon, vigneronne dans l'Hérault

Propriétaire du Mas de Bayle, à Villeveyrac (Hérault), Céline Michelon est productrice de vins. Selon elle, il n'y a rien d'étonnant au fait que les consommateurs ne s'y retrouvent pas avec ces mentions, puisque c'est précisément le but recherché. "C'est hyper trompeur. On croit boire un produit agricole français, alors qu'il s'agit d'un produit agroalimentaire industriel venant de l'étranger", s'agace la vigneronne face à notre caméra.

Cette pratique commerciale peut clairement s'apparenter "à de la contrefaçon", estime Céline Michelon. "On s'approprie le savoir-faire français et on l'habille avec des produits qui ne sont pas produits en France", déplore la vigneronne. Pourtant, comme le rappelle le président du syndicat français des vins mousseux, Jean-Jacques Bréban, "la pratique est tout à fait légale". 

"Par exemple, si nous prenons des vins en provenance d'Espagne, ces vins entrent dans nos entreprises. Et là, ils sont travaillés pour refaire une deuxième fermentation, c'est-à-dire élaborer le produit final. Donc c'est bien un produit qui est élaboré en France", souligne-t-il. En France, si le marché du champagne est en recul depuis quelques mois, celui des mousseux, moins chers, est en croissance constante. 

Autre viticulteur de l'Hérault, Johnny Guitard produit son propre vin mousseux. Pour lui, le flou qui entoure les vins pétillants sans origine claire fait perdre des parts de marché aux vignerons français. "Je pense que le vin qui vient d'Espagne est un petit peu moins cher, c'est ça qui oriente leur choix. Nous, si on voulait faire du pétillant, on pourrait en faire beaucoup plus", estime ce professionnel. 

Pour y mettre fin, une proposition de résolution européenne déposée à l'Assemblée, portée par le député RN de l'Hérault Aurélien Lopez-Liguori, demande aujourd'hui "l’abrogation des règles pernicieuses permettant la francisation de vins mousseux étrangers". Le texte met en avant le fait que "la concurrence déloyale de vins étrangers, et notamment de vins d’Espagne" est "l’une des causes principales de la crise" du secteur viticole en France, soulignent les 65 députés signataires.


M.D. | Reportage : Matthieu Perrot, Audrey Delabre.

Tout
TF1 Info