Depuis le 1ᵉʳ janvier, le dispositif MaPrimeRénov' tourne au ralenti.
Le nombre de demandes d’aide à la rénovation énergétique de logements s'est effondré de 40%.
La faute à une refonte… qui va prochainement être de nouveau réformée.

"On a anticipé tous les travaux depuis l'année dernière. On pensait que tout serait prêt, mais au final, on est totalement bloqué", témoigne Bastien auprès de TF1, dans le reportage du 20H ci-dessus. Il ne peut toujours pas commencer les travaux de sa maison, achetée en octobre 2023, son dossier se retrouvant embourbé dans des méandres administratifs. En cause : la refonte, le 1ᵉʳ janvier, du dispositif MaPrimeRénov', qui a bouleversé les conditions d’attribution de subventions liées à des rénovations énergétiques de logements. Et fait chuter de 40% le nombre de demandes. 

Dans le détail, pour ses travaux, Bastien avait prévu une enveloppe de 76.000 euros, qui devraient être pris en charge à 40% par MaPrimeRénov'. Hugues Sartre, co-fondateur et directeur général d’Homyos, entreprise spécialisée dans la rénovation énergétique, qui s'affaire dans sa maison, explique : "Là par exemple, on doit poser deux couches de laine de bois, mais tant que les aides sont bloquées, on ne peut pas attaquer le chantier." Parce que, depuis le 1er janvier, isoler ne suffit plus pour une demande de prime. Le dispositif encourage très fortement les rénovations globales, c’est-à-dire l’ajout d’au moins un autre projet de travaux, comme l’installation d’une pompe à chaleur ou d’un poêle.

En pleine crise du pouvoir d'achat, les conséquences n’ont pas tardé. L’effondrement a un impact direct sur l'activité de certaines entreprises du bâtiment. "En général, on est autour des 400.000 euros de chiffre d’affaires par mois, mais depuis le début de l'année, on est sur une chute de 50%", indique Vincent Thomas, expert de l’isolation et de la rénovation thermique chez Koreo. Qui pointe du doigt un autre facteur aggravant : une nouvelle obligation pour les particuliers, là encore depuis le 1er janvier, de passer par un intermédiaire appelé "accompagnateur Rénov". "Ils ne sont pas assez nombreux par rapport à la demande de projets de rénovation d’ampleur", note Vincent Thomas.

Plus largement, depuis cinq ans, le dispositif a été modifié une dizaine de fois. "On reçoit des milliers d’appels de gens perdus, qui ne savent plus à quoi ils ont droit. Beaucoup de Français croient qu’il n’y a plus d’aides du tout pour les travaux simples", appuie Audrey Zermati, membre de la direction d’Effy, entreprise spécialisée dans les travaux de rénovation énergétique pour les particuliers. En conséquence de quoi, le gouvernement fera de nouvelles annonces dans les prochaines heures, pour alléger le dispositif. Selon nos informations, certains travaux simples, comme l'isolation, devraient être à nouveau éligibles. De plus, d’après Les Echos, le recours à un "accompagnateur Rénov'" devrait être limité aux primes les plus élevées.


Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Julien Roux, Patrick Ninine, Bruno Chastagner

Tout
TF1 Info