Frais bancaires : le détail des services dont les prix augmentent cette année

par JC | Reportage vidéo Laszlo Gelabert, William Wuillemin
Publié le 29 février 2024 à 17h22

Source : JT 13h Semaine

Selon une étude de l'Observatoire des tarifs bancaires, une large majorité des tarifs bancaires sont en hausse en 2024.
Huit services sont concernés par cette augmentation.
Revue de détail.

Les prix des produits alimentaires ne sont pas les seuls à augmenter. Ceux des banques aussi. Selon une étude réalisée par l’Observatoire des tarifs bancaires (OTB), dévoilée mercredi par le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), "une large majorité des tarifs bancaires sont en hausse en 2024". Toutefois, "ces hausses sont plutôt modérées au regard de l’évolution de l’inflation", indique le CCSF dans un communiqué.

Les petits consommateurs avec des services de base sont les principaux concernés par ces augmentations. Les tarifs moyens de huit services vont augmenter cette année de 0,01 euro à 0,82 euro (de + 0,13 % à + 3,70 %), constate le CCSF, une instance de concertation chargée de proposer des mesures destinées à améliorer les relations entre les établissements financiers et leurs clients.

Les huit services en hausse

Il s’agit de la commission d’intervention (coût unitaire), dont l’augmentation sera de 0,13 %, soit 0,01 euro. Cette hausse du tarif moyen est "due à l’augmentation du tarif d’un seul établissement bancaire, la majorité des établissements facturant ce service 8 euros, le plafond légal", précise le CCSF. Il s’agit aussi du retrait d’espèces : le retrait en euros dans la zone euro à un distributeur automatique d’un autre établissement avec une carte de paiement internationale va augmenter de 0,99 % soit 0,01 euro.

La fourniture d’une carte de débit (carte de paiement à autorisation systématique) va quant à elle augmenter de 1,67 %, soit 0,51 euro. La fourniture d’une carte de paiement internationale à débit immédiat augmentera elle aussi : + 1,85 % soit 0,80 euro, de même que la carte de paiement internationale à débit différé : + 1,90 % (0,82 euro).

Le virement occasionnel en agence verra quant à lui son coût augmenter de 1,89 % (0,08 euro), tout comme la tenue de compte (actif), la hausse étant 3,01 % (0,62 euro). Les frais de tenue de comptes, qui coûtaient en moyenne 20,60 euros en 2023, coûteront ainsi 21,22 euros en 2024. La hausse la plus sensible concerne les prélèvements : les frais de mise en place d’un mandat de prélèvement SEPA sont en effet en hausse cette année de 3,70 % (0,02 euro). "Cette hausse du tarif moyen est due à l’augmentation du tarif d’un seul établissement bancaire, ce service étant fourni gratuitement dans la quasi-totalité des établissements bancaires", note cependant là aussi le CCSF. 

Les conseils pour faire des économies

"On se demande quand ces hausses vont s’arrêter", déplore une personne interrogée par TF1 dans le reportage à retrouver en tête de cet article. D'autant plus que si les coûts augmentent, la qualité des services proposés baisse, selon un autre client. "Augmenter les frais, pourquoi pas ? Mais pas pour un service qui se détériore de jour en jour. On ne trouve pratiquement plus de banque avec des guichets où l’on peut retirer de l’argent. Maintenant, tout se fait pratiquement de façon dématérialisée", dit-il.

Sandrine Perrois, juriste au sein de l’Association nationale de consommateurs et usagers (CLCV), donne quelques conseils pour réaliser des économies. "ll est important de lister ses besoins, de lister ses opérations et de comparer les établissements bancaires car le coût d’un même panier de service peut varier du simple au double d’une banque à une autre", indique-t-elle. "Au sein de son établissement, il faut regarder si on a la bonne formule"

Plusieurs bonnes nouvelles sont toutefois à relever : les virements par internet et les prélèvements restent gratuits. Par ailleurs, deux services vont même coûter moins cher : l’abonnement à des produits offrant des alertes sur la situation du compte par SMS, le coût forfaitaire baissant de 9,32 % (- 1,54 euro), ainsi que l’abonnement à des services de banque à distance (internet, téléphone fixe, SMS, etc.), dont la baisse est de 7,96 % (- 0,13 euro), même si ce service est fourni gratuitement dans la très grande majorité des établissements bancaires, note le CCSF.


JC | Reportage vidéo Laszlo Gelabert, William Wuillemin

Tout
TF1 Info