Dans les grandes surfaces, depuis un mois, finies les maxi promos sur les produits d'hygiène.
Elles ne peuvent désormais plus dépasser les 34% de remise d'achat.
Les grandes enseignes tentent de proposer d'autres promotions, notamment via les bons d'achat.

Depuis la loi du 1ᵉʳ mars, les promotions sur les produits d'hygiène sont limitées à 34% maximum en grande surface. "C'est encore une perte en pouvoir d'achat", déplore un client dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Mais en cherchant un peu dans les rayons, on s'aperçoit que certaines offres dépassent cette limite. Comment est-ce possible ? "Sur le rayon beauté, on a en mis en place un bon d'achat, mais par contre, vous allez réutiliser ce bon d'achat dans notre enseigne, sur la globalité des produits. Pour nous, ça permet de dire que ce n'est pas spécifiquement une réduction sur un seul produit", indique Perrine Vignon, directrice du magasin Intermarché à Provins.

Voilà l'astuce : finies les grosses promotions, place aux gros bons d'achat. Tout est bon pour continuer d'afficher des promotions attractives. L'objectif est de retenir une clientèle qui a déjà commencé à déserter les rayons. Au mois de mars, nous avions déjà filmé des Français qui allaient faire leurs courses en Allemagne pour payer moins cher.

Achats en ligne, déstockage, magasins discount...

Il y a ceux qui traversent les frontières et ceux qui font leurs courses depuis leur salon. Sur internet, les sites de ventes privées ne sont pas concernés par cette nouvelle loi et peuvent donc proposer des produits d'hygiène à prix cassé. "On voit apparaître en ligne des produits qu'on trouvait sur les étalages des magasins physiques, à savoir, de la lessive ou des produits d'hygiène intimes comme les serviettes ou les tampons, qui étaient typiquement des produits qu'on n'achetait pas en ligne", décrypte Laëtitia Larami, analyste e-commerce. Encore faut-il avoir de la place dans ses placards, car pour être moins chers, ces produits sont vendus en grosses quantités. 

S'il y a un type d'enseigne qui se porte bien depuis cette nouvelle loi, ce sont les magasins de déstockage. "Il y a beaucoup de choix et des prix relativement compétitifs", concède une cliente dans un magasin discount. Les produits en rayon viennent d'anciennes collections, d'invendus ou de surstock. De quoi assurer des prix bas, sans avoir besoin de promos. Les grandes surfaces sont donc de plus en plus concurrencées : cette nouvelle loi pourrait leur faire perdre jusqu'à 232 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Retrouvez l'intégralité du reportage du 20H de TF1 dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage : Léa Kebdani, Stéphane Deperrois

Tout
TF1 Info