"Les prix ont beaucoup augmenté" : la livraison de repas en baisse, le salaire des livreurs aussi

par La rédaction de TF1info | Reportage Pierre Gallaccio, Théo Collet
Publié le 2 avril 2024 à 11h53

Source : JT 20h Semaine

Depuis deux ans, les Français ont de moins en moins recours à la livraison de repas.
Pour quelles raisons et avec quel impact sur le salaire des livreurs ?
Le 20H de TF1 vous explique.

En ce moment, ce restaurant du XIVe arrondissement de Paris ne reçoit quasiment plus aucune commande pour des repas en livraison. "Aujourd'hui, je pense n'en avoir eu que deux... même pas, une seule", indique un serveur de cet établissement de la chaîne de restauration Le Paradis du fruit. Pourquoi ? Parce que les tarifs de livraison ont explosé ces derniers mois. "Le moins cher, 3,99 euros, le plus cher, 8,99 euros", précise l'employé.

Les commandes diminuent... pas le nombre de livreurs

Ces plats livrés à vélo ou en scooter coûtent aujourd'hui entre 30 et 50% plus chers qu'au restaurant. En cause, la hausse des frais facturés par les applications. "Il y a beaucoup de frais de service qui se sont ajoutées au prix de base et ça m'a un peu freinée", souligne une jeune consommatrice face à notre caméra. "On a arrêté il y a à peu près six mois, les prix ont beaucoup augmenté", poursuit un autre. Un troisième abonde : "Quand je les utilise, souvent, c'est qu'il y a des bons de réduction ou des offres qui nous sont proposées, parce que ça coûte cher". 

La quantité de commandes diminue, mais il y a toujours autant de livreurs. Le nombre de repas pris en charge par Yacouba, qui témoigne dans notre reportage à retrouver en tête de cet article, est passé d'une trentaine par jour à une vingtaine en quelques mois.Dans le même temps, ses revenus ont aussi drastiquement baissé : il confie gagner désormais "1500-1600 euros" par mois, contre "2000 euros et quelques" auparavant. "Il n'y a pas de salaire fixe, ça dépend de votre courage", soupire-t-il.

Le marché de la livraison de repas est victime de la crise du pouvoir d'achat. Mais ce ralentissement ne devrait être que temporaire. Les prix pourraient baisser dès cette année, selon Jean-François Blouin, fondateur du cabinet d'expertise en consommation "Food Service Vision". "À l'avenir, les entreprises de livraison vont proposer des abonnements avec un coût fixe de livraison par mois. Et puis à l'avenir aussi, l'optimisation grâce à l'intelligence artificielle va permettre de baisser les coûts du service de livraison", assure le spécialiste.

Le marché de la livraison de repas est évalué à sept milliards d'euros aujourd'hui. Un Français sur deux y a recours au moins une fois par an.


La rédaction de TF1info | Reportage Pierre Gallaccio, Théo Collet

Tout
TF1 Info