Dans les années 50, 12.000 hectares d'amandiers étaient exploités en France.
Mais aujourd'hui, les amandes que nous mangeons viennent massivement de l'étranger.
La situation pourrait bientôt changer, comme vous l'explique ce reportage du 20 de TF1.

À l'apéro, pour grignoter ou même en dessert, les fruits à coque se mangent souvent par poignées. Mais savez-vous d'où ils viennent ? La France importe aujourd'hui la majorité des noisettes de Turquie. Les amandes, elles, viennent massivement des États-Unis. D'ailleurs, Daco France, entreprise familiale de la région parisienne que visite notre équipe dans le reportage ci-dessus, s'approvisionne en fruits secs auprès d'une cinquantaine de pays en fonction des récoltes. Tous les ans, près de 10.000 tonnes de fruits secs arrivent sur son site. Calibre, aspect visuel, qualité gustative... Chaque lot est minutieusement inspecté.

Alors, pourquoi est-il si difficile de trouver des amandes françaises ? Tout simplement parce qu'elles ont disparu. Dans les années 50, 12.000 hectares d'amandiers étaient exploités en France. Mais des épisodes de gel ont tué la plupart des arbres et stoppé la production.

Le "pari" du Made in France

Pourrait-elle redémarrer ? Dans le verger, au pied de mont Ventoux, où se poursuit notre reportage, c'est bien parti. Nos journalistes ont rendez-vous avec Rémy Foissey, arboriculteur. Il tente de relancer la culture grâce à des variétés plus résistantes et en accompagnant les agriculteurs, car produire des amandes, cela prend du temps. "Aujourd'hui, lorsqu'un arboriculteur plante un arbre, il a du personnel, et ce n'est que trois-quatre ans après  qu'il perçoit les premières ventes", souligne le directeur de production de "La compagnie des amandes". Pour aider les agriculteurs à se lancer, la société les rémunère dès la plantation. L'objectif : produire 2000 tonnes d'amandes et se faire une place sur un marché en croissance, 45.000 tonnes étant consommées chaque année en France.

Mais aujourd'hui, selon Rémy Foissey, "on ne pourrait pas être concurrentiels face à l'amande californienne au prix auquel elle arrive en France", celle-ci étant d'après lui produite "sans aucune contrainte agroécologique". L'amande française coûterait ainsi deux à trois fois plus cher que l'américaine. 

Les acheteurs seront-ils néanmoins au rendez-vous ? Une entreprise de nougats dans laquelle nous nous rendons également a décidé de jouer le jeu : une petite gamme Made in France sera confectionnée à partir des amandes françaises. Marie-Claude Stoffel, directrice générale de Nougat Chabert & Guillot, explique faire "le pari" que "des consommateurs sont prêts à mettre un peu plus cher" pour des produits tricolores. Si l'amande française fait ses preuves, cela pourrait donner un coup de fouet aux autres cultures de noisettes, de pistaches ou encore de cacahuètes.


La rédaction de TF1info | Reportage Léa Deschateaux, Séverine Fortin, Arnaud Ifergane

Tout
TF1 Info