La Commission de régulation de l’énergie (CRE) recommande une réforme du système des "heures creuses" dans les grilles tarifaires.
De quoi bouleverser les habitudes des 15 millions de Français ayant souscrit ce type de contrat pour faire des économies.
Il s’agirait de décaler les horaires en journée, au moment des pics de production solaire.

C’est une habitude désormais bien ancrée… Qu’il pourrait bientôt falloir perdre. Lancer ses appareils la nuit, pendant les "heures creuses", pour faire baisser sa facture d'électricité, figurerait en effet une forme d’anachronisme. C’est en tout cas ce que considère la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui, selon une information du quotidien Les Échos, a engagé Enedis à revoir tout son système de tarification heures pleines/heures creuses, pour s’adapter à l’essor de l’énergie solaire.

Aujourd'hui, 15 millions de ménages ont souscrit un contrat de ce type, permettant de payer son électricité 15% moins cher lors de plages horaires correspondant aux moments où la production est la plus abondante. Dans le détail, "pour environ 60% des clients, les heures creuses sont concentrées uniquement pendant les heures de nuit, entre 20h et 8h, tandis que pour environ 40% des clients, elles sont réparties entre 12h et 17h d’une part, et 20h et 8h d’autre part", indique Enedis sur son site Internet. Un système conçu à une époque où l'électricité nucléaire était majoritairement produite la nuit.

Capture d'écran TF1

La CRE demande au fournisseur d’électricité de concentrer, à l’avenir, ces heures creuses en pleine journée au printemps et pendant l’été, entre 11h et 17h. Parce que c’est à ce moment-là que les panneaux photovoltaïques produisent le plus. "Vous avez deux solutions pour prendre en compte la production solaire. Soit vous stockez dans des batteries, mais c’est cher et pas forcément rentable. Ou bien vous demandez aux clients de consommer à un autre moment de la journée, et ça, quelque part, c’est gratuit, mais c’est tout aussi efficace", synthétise, dans le reportage de TF1 à voir en tête de cet article, Jérémie Haddad, expert en énergie chez EY Consulting.

Capture d'écran TF1

La mise en place de cette nouvelle grille tarifaire implique de gros bouleversements et ne devrait donc pas intervenir dans l'immédiat. La CRE préconise une mise en place dès 2025. "D’ici deux ou trois ans, il va falloir que ce nouveau système commence à se mettre en place, estime pour sa part Yannick Jacquemart, directeur des Nouvelles flexibilités pour le système électrique chez RTE (Réseau de transport d'électricité). Ce sera durable, sur dix, quinze ou vingt ans. C’est une nouvelle habitude qu’il faut qu’on prenne. Une nouvelle façon de consommer de l’électricité." Il s’agit aussi, pour Enedis, de clarifier son offre, de réduire la pression sur le réseau électrique et d’éviter les pics de consommation. C’est-à-dire la flambée des prix.


Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Samuel Cardon, Olga Lévesque, Jean-François Drouillet

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info