Plusieurs dizaines de milliers d'habitants du Puy-de-Dôme ont participé à un test visant à diminuer la puissance électrique à leur domicile.
Objectif : savoir si l'on peut tenir avec moins d'électricité lors des pics de consommation.
Une équipe de TF1 s'est rendue chez un participant à cette expérience pour en dévoiler les résultats.

En février dernier, Jérôme Chabaud, habitant du Puy-de-Dôme, a accepté de jouer les cobayes. Tous les jours, pendant deux heures, la puissance de son compteur électrique a été divisée de moitié, limitée à 3000 watts, ce qui ne l'a pas empêché d'utiliser comme si de rien n'était tous ses appareils. "Tout s'est bien passé, le compteur n'a pas sauté, sans même changer mes habitudes", rapporte-t-il dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessus. 

Bilan positif, mais deux heures à cette puissance réduite, c'est le maximum que dit pouvoir faire Jérôme. Plaque à induction, machine à laver... "Avec la pompe de la piscine, trop juste, ça ne suffirait pas" au quotidien, souligne-t-il.

Une consommation réduite de 20%

L'objectif de cette expérience, comme nous vous l'expliquons dans cet autre article, est de savoir si les habitants peuvent tenir avec moins d'électricité lors des pics de consommation, et donc éviter les coupures de courant. "Il y a 110.000 clients chez qui on a fait ça, et il n'y en a que 100 qui à un moment ont eu besoin de nous appeler parce qu'il leur manquait une information. C'est vraiment un chiffre tout petit", se félicite Cyrille Moreau, directeur d'Enedis Auvergne. Si chez la plupart des participants, tous des habitants du Puy-de-Dôme payés 10 euros pour mener cette expérience, tout s'est bien passé, 4.000 compteurs ont tout de même disjoncté. "Ce n'était pas le moment où lancer sa machine à laver ou son four électrique, il valait mieux attendre la fin des deux heures", poursuit Cyrille Moreau.

Le résultat est sans appel. Les habitants soumis au test se sont adaptés. Par rapport à leur consommation habituelle, ils ont réduit leurs utilisations, en vert sur le graphique ci-dessous, de 20%. 

TF1

"Si on le fait pour 10 millions de clients, on a fait des calculs, on considère que ça permettrait d'économiser la consommation de la ville de Paris, commente le directeur régional d'Enedis. Donc là, on a vraiment un complément, quelque chose qu'on n'avait pas jusqu'à présent". 

Après ce premier test concluant pour Enedis, la méthode pourrait être étendue en dernier recours au moment de grandes tensions sur le réseau électrique lors des prochains hivers.


La rédaction de TF1info | Reportage Colyne Emeriau, Patrick Delannes

Tout
TF1 Info