VIDÉO - Concours du meilleur crêpier de France : les petits secrets des participants

par Virginie FAUROUX | Reportage TF1 Kevin Gaignoux, Kyliann Moreau et Morgane Briens
Publié le 22 novembre 2023 à 17h44, mis à jour le 23 novembre 2023 à 8h22

Source : JT 13h Semaine

La 13ᵉ édition du concours national du meilleur crêpier professionnel s’est tenue près de Rennes (Ille-et-Vilaine).
Et si on pensait tout savoir sur les crêpes, il y a en fait plein de détails qu'on ignore.
Le JT de TF1 est allé à la rencontre des candidats pour espionner leur savoir-faire.

La Chandeleur n'est pas encore pour tout de suite, mais vous souhaitez viser l'excellence ? Rendez-vous au concours national du meilleur crêpier professionnel qui s'est tenu mardi 21 novembre à Bruz, près de Rennes. Ici, "tout le travail est dans le geste", souligne un participant. Un peu court comme réponse si on aspire à devenir imbattable. "On a tous un secret, mais on ne vous le dira pas", renchérit sa voisine. Ça, en revanche, ce n'est pas très sympa. À croire que savoir faire les meilleures crêpes de France revient à détenir un secret d'État. 

"Du lait entier... et beaucoup d'amour"

Heureusement, Jérémy Le Gall, le gagnant de cette édition, qui a réussi à sortir en l'espace de quinze minutes quatre crêpes de blé noir (deux natures et deux créations) et quatre froments, semble un peu plus loquace. "Il faut du lait entier et beaucoup d'amour. Je pense que c'est le secret d'une bonne crêpe", lance-t-il dans le reportage du JT de 13H en tête de cet article. Décidément, personne ne vendra la mèche.

Aurons-nous plus de chance avec Stéphane, qui a gagné le concours l'année dernière ? Rien n'est moins sûr. Cette année, pour garnir sa galette, il a préparé une farce de Saint-Jacques aux cèpes. "C'est le championnat de France, on n'est pas là pour jouer", avance-t-il. Les juges non plus, ne rigolent pas, car le temps est compté. "Une heure de préparation et un quart d'heure pour envoyer", explique Chantal Le Floch, l'une des membres du jury. 

Pendant ce temps, dans la salle d'à côté, des chefs et des personnalités bretonnes attendent les crêpes au tournant. Et ça commence mal. Christophe Le Fur, un autre membre du jury, semble un peu déçu par la première crêpe qu'il déguste. "J'aime bien parce qu'elle n'est pas pur blé noir. Par contre, elle manque de beurre, et le beurre, c'est la vie. En Bretagne, une galette sans beurre, hein ?", ironise-t-il en  hochant la tête. 

Et pourtant, parmi les quatorze candidats, ils sont quasiment tous Bretons. Sauf Thierry, venu d'Alsace, qui a apporté une autre vision de la crêpe. "Elles sont garnies différemment. Les Alsaciens, c'est des gros mangeurs. Si je mettais les quantités que vous mettez en Bretagne, en Alsace, on me les jetterait à la tête", affirme-t-il. 

Mais au final, ce sont quand même les Bretons qui gagnent, avec Jérémy, Finistérien, qui travaille près de Brest. En plus du lait entier et de beaucoup d'amour, il accepte (enfin) d'en dire plus. "Dans chaque couche de crêpe, il y a du beurre et du sucre. Au final, ça fait beaucoup de beurre", conclut-il. À bon entendeur...


Virginie FAUROUX | Reportage TF1 Kevin Gaignoux, Kyliann Moreau et Morgane Briens

Tout
TF1 Info