VIDÉO - "On consomme moins, mais on paie toujours plus" : pourquoi les prix du gaz ne baissent pas

par La rédaction de TF1info | Reportage vidéo TF1 Eléonore Payró et Patrick Ninine
Publié le 23 mai 2023 à 11h53, mis à jour le 23 mai 2023 à 12h13

Source : JT 20h Semaine

Les cours du gaz sur le marché européen commencent à se stabiliser.
De ce fait, on pourrait s'attendre à une baisse sur les factures, mais au grand dam des consommateurs, ce n'est toujours pas le cas...
Le 20H de TF1 se penche sur ce décalage des prix.

Antoine et Dominique ont dû payer 254 euros de gaz le mois dernier. Un an plus tôt, la facture de ce couple de retraités s'élevait à 182 euros pour la même période, soit 72 euros de plus. Des tarifs incompréhensibles à leurs yeux, d'autant que le cours du gaz baisse depuis déjà plusieurs mois, et que le prix sur le marché européen (voir infographie ci-dessous) a été divisé par dix par rapport au pic du mois d'août 2022. "On ne comprend pas. On fait attention, on consomme moins. Et pourtant, on paie toujours plus", fait valoir la retraitée dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessus.

L'évolution du cours du gaz sur le marché européen sur la période allant de janvier 2022 à mai 2023.
L'évolution du cours du gaz sur le marché européen sur la période allant de janvier 2022 à mai 2023. - TF1

Aujourd’hui, le prix du mégawattheure se situe à 30 euros, soit un niveau plus bas qu'avant la guerre en Ukraine et la fin des importations de gaz russe. "La première raison, c'est qu'on a complétement redéployé nos fournisseurs. C'est maintenant la Norvège, les États-Unis et le Qatar. La deuxième, c'est qu'on a compris à la faveur de la crise qu'on pouvait faire des économies, -15% dans la consommation. Et la troisième, on a eu un coup de chance, la météo. Ce qui a permis de reconstituer les stocks européens à un niveau beaucoup plus élevé qu'on ne l'aurait imaginé", décrypte François Lenglet, spécialiste économie de TF1.

Une chute des cours qui tarde pourtant à se refléter sur les factures des particuliers. L'économiste Sophie Méritet de l'Université Paris Dauphine-PSL explique la raison de cette dichotomie : "Vous avez des fournisseurs qui ont acheté du gaz il y a quelques semaines, voire quelques mois, et donc à un prix qui était encore élevé. Aujourd'hui, ils [répercutent] dans nos factures ce coût d'approvisionnement", pointe cette spécialiste. Pour voir votre facture enfin diminuer, il faudra être patient. Les tarifs du gaz devraient baisser probablement avant cet automne.


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo TF1 Eléonore Payró et Patrick Ninine

Tout
TF1 Info