Colis surprises : d'où viennent vraiment ces tonnes de paquets au contenu mystère ?

par La rédaction de TF1info | Reportage Laszlo Gelabert, Erina Fourny, Mérième Stiti
Publié le 23 février 2024 à 11h43, mis à jour le 23 février 2024 à 12h39

Source : JT 20h Semaine

Les ventes de colis surprises connaissent un succès grandissant en France.
D'où viennent-ils ?
Une équipe de TF1 a remonté la filière.

Sur ce marché de l'Eure, entre les pommes et le saucisson, un stand attire toutes les attentions : il expose des centaines de paquets que les clients peuvent seulement toucher, secouer, avant d'acheter, et enfin déballer. Des colis perdus, revendus entre 1 et 55 euros en fonction de leur poids, sans savoir ce qu'il y a dedans. Le concept cartonne. "On peut tomber sur tout et n'importe quoi. Je suis tombée sur des jeux de dinette comme je suis aussi tombée sur des bijoux qui valaient une petite fortune", affirme une cliente.

C'est tout à fait légal. Depuis la loi antigaspillage de 2022, il est interdit de détruire les colis non alimentaires. Concrètement, quand un paquet n'est pas réceptionné, il retourne chez le transporteur. Après 30 jours, il peut le vendre à un fournisseur, qui le revend à son tour à des particuliers ou des professionnels.

Les pochettes-surprises de notre marché de l'Eure viennent d'un grossiste français. Mais sur d'autres marchés, certains exposants affichent le logo de la Poste ou du transporteur DHL. Attention, ce dernier ne revend pas de colis, il assure avoir "un process de destruction et de recyclage" des colis non distribués. 

"C'est marqué Allemagne sur la plupart"

Certains paquets peuvent aussi venir de très loin. À côté de Perpignan ce jour-là, Jérémy Martinez, directeur de la société Destock colis, doit réceptionner une impressionnante livraison : sept tonnes de paquets. Des montagnes de colis non réclamés, difficiles à décharger. Mais certainement pas à écouler. "Ça part tellement vite que ça ne fera même pas la semaine", assure le professionnel. La vente se fait immédiatement dans le magasin. Les nombreux clients se ruent sur ces paquets mystère, à la recherche de la perle rare, et ce n'est pas l'adresse qui les intéresse. "Il n'y a pas grand-chose d'écrit dessus. C'est marqué Allemagne sur la plupart, on ne voit pas grand-chose". 

Pour en savoir plus, on a remonté la filière. Sur les emballages, un nom attire notre attention : "Logo Trading GmbH", un grossiste pour professionnels basé à 1220 kilomètres de là, dans une petite ville allemande. Sur son site internet, la société se présente comme "une plateforme de revente, de remise à neuf et de recyclage de divers produits". Ces colis ont donc fait un très long voyage, et la marchandise peut être abîmée. Une cliente s'en inquiète : "Si on ouvre un colis et que c'est cassé, comment ça se passe ?" "On ne connaît pas le contenu du colis, donc je ne peux pas vous dire si l'intérieur est neuf ou cassé", répond la vendeuse.

Justement, nous sommes allés poser la question à une avocate parisienne spécialisée en droit commercial. "À partir du moment où l'acheteur accepte le risque, l'aléa, il ne peut pas exiger du vendeur quelque garantie que ce soit par rapport aux produits qu'il découvre", assure maître Christine Gendre. Pas de remboursement possible donc. Au moins 2000 tonnes de colis sont perdues chaque année en Europe. Comme aux jeux de hasard, il faut compter sur un petit peu de chance pour décrocher un gros lot en bon état. 


La rédaction de TF1info | Reportage Laszlo Gelabert, Erina Fourny, Mérième Stiti

Tout
TF1 Info