Retour des trains de nuit en Europe : ce que la SNCF réserve aux voyageurs noctambules

par Audrey PARMENTIER
Publié le 9 décembre 2020 à 20h56

Source : TF1 Info

VOYAGE - Mardi 8 décembre, le groupe ferroviaire français et ses partenaires européens ont annoncé la création de six lignes de train de nuit. Les jeunes consommateurs pourraient être attirés par une alternative plus économique et moins polluante.

S'endormir à Paris et se réveiller à Vienne. Ce doux rêve sera bientôt accessible. Mardi 8 décembre, la SNCF et ses homologues européens ont signé un accord pour relancer l'activité des trains de nuit entre différentes capitales. Derrière ce projet européen, l'objectif est de concurrencer les avions low-cost. Les signataires favorables à une collaboration plus étroite ? L'Allemagne, l'Autriche, la Suisse et la France.

Parmi les liaisons très attendues : le Paris-Munich-Vienne, qui doit faire son grand retour en décembre 2021. S'y connectera en décembre 2023 une section Mannheim-Berlin, permettant des voyages Paris-Berlin et Bruxelles-Berlin. Au total, six nouvelles lignes de train de nuit verront le jour sur le continent européen d'ici 2024. "Le calendrier est assez étalé dans le temps", note Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d’usagers de transports (FNAUT). 

La SNCF n'était pas une force motrice
Bruno Gazeau, président de la FNAUT

Qui est à l'initiative de ce projet ? " Les Autrichiens sont à la manœuvre. Dans leur pays, ils ont déjà mis en place plusieurs trains de nuit et ils veulent désormais étendre leur offre", répond Bruno Gazeau. Ce protocole d'accord permet ainsi d'accélérer concrètement les projets d'expansion du réseau Nightjet des chemins de fer fédéraux autrichiens ÖBB, fer de lance de la renaissance des trains de nuit en Europe. 

Et la SNCF n'a eu aucun mal à admettre que l'impulsion a été donnée par les collègues. En effet, la compagnie s'était même montrée assez frileuse face à ce projet de trains de nuit paneuropéens." La SNCF n'a fait que suivre le mouvement, mais elle n'était pas une force motrice", continue Bruno Gazeau. 

Des trains plus confortables

Et du côté des passagers, peut-on parler d'une bonne nouvelle ? "Plus il y a de trains et mieux c'est pour l'usager", répond le spécialiste. Pour l'instant, le prix des billets et les éventuelles subventions d'exploitation pour ces liaisons transfrontalières, par nature plus coûteuses à mettre en marche, n'ont pas été communiqués.  "Les prix risquent de beaucoup varier puisque la demande est très diversifiée. Si on demande une couchette ou bien l'accès aux douches, le tarif change", reprend Bruno Gazeau

Les passagers voyageront dans des trains autrichiens qui ont une meilleure qualité de service que les derniers trains de nuit français. "Ils sont plus confortables, c'est propre, vous avez un service de restauration et vous pouvez ranger vos affaires dans des petits casiers", explique Marie-Hélène Poingt, rédactrice en chef du magazine "La vie du rail". 

Les prix risquent de varier
Bruno Gazeau, président de la FNAUT

Quel est l'intérêt pour la SNCF de prendre part à ce projet ? Attirer des passagers plus jeunes. Le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, a estimé qu'il fallait écouter "la jeunesse (qui) a moins envie de prendre l'avion."  Ils seraient moins regardants sur leurs conditions de voyage." Les jeunes sont moins argentés et le train de nuit leur permet d'économiser une nuit d'hôtel", souligne Bruno Gazeau. 

Plus éveillés sur la question du réchauffement climatique, les jeunes pourraient se laisser séduire par une alternative six fois moins polluante que l'avion. "La SNCF va accrocher son wagon à cette locomotive qui va nous permettre d'offrir à nos clients un nouveau service, un service rénové, un service de qualité, pour une mobilité écologique et européenne", a lancé le PDG de la SNCF. 

Depuis quelques mois, le groupe français avait affiché sa volonté de remettre les trains de nuit sur les rails - pourtant enterrés en 2015.  En juin dernier, le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, annonçait souhaiter les "redynamiser". Deux lignes ont ainsi repris du service depuis le week-end du 3 et 4 juillet.


Audrey PARMENTIER

Tout
TF1 Info