"Route Natinale": le blues des petits commerçants

Publié le 6 novembre 2022 à 20h21, mis à jour le 6 novembre 2022 à 22h53

Source : JT 20h WE

En raison de la crise, les PME et particulièrement les petits commerçants sont actuellement coincés entre des charges qui augmentent et des clients qui ne peuvent pas se permettre de dépenser plus. Ils sont pourtant de vrais piliers de notre société.

Nous nous rendons d'abord à Compiègne dans l'Oise, dans une ville où les commerçants ont toutes les raisons d'être heureux. Selon le dernier palmarès de la Fédération des commerçants, c'est l'un des centres-villes les plus dynamiques de France. On y trouve de tout ou presque. Ce jour-là, il fait beau, les terrasses sont remplies. Pourtant, en interrogeant le gérant d'un bistrot, le patron semble ne pas avoir le moral. Selon lui, les clients sont devenus un peu économes depuis quelques mois.

Comment alors s'y retrouver entre des clients frileux et des frais qui augmentent ? Sur le marché, ce n'est pas vraiment l'ambiance des grands jours. La plupart des commerçants ont remarqué des changements chez leurs clients. Un peu plus au nord, nous arrivons à Saint-Quentin dans l'Aisne qui a, à peu près, le même nombre d'habitants que Compiègne mais avec des décors radicalement différents. Dans cette région, 20 % des commerces en centre-ville sont fermés. Pour s'en sortir, mieux vaut proposer un service essentiel comme le salon de coiffure.

Dans cette ville de l'Aisne, la situation se dégrade pour beaucoup. C'est le cas notamment des bouchers. Le lendemain, nous avons rendez-vous avec David Mousselle. Cette primeur a dû renoncer à sa boutique cet été. Désormais, il livre ses fruits et légumes directement à des cantines et à des entreprises. Au marché de gros près de Lille, après la sécheresse et avec la crise énergétique, les commerçants se font de plus en plus rares dans les allées.

TF1 | Reportage L. Zajdela, S. Iorgulescu


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info