Les Français face à la pénurie de carburants

Stations à sec : pourquoi ce réapprovisionnement au compte-goutte ?

TF1info | Reportage Cyril Adriaens-Allemand, Sébastien Maloiseaux
Publié le 3 octobre 2022 à 16h14
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Partout en France, des stations TotalEnergies sont en rupture de stock
Le géant pétrolier a du mal à tenir le rythme pour les réapprovisionner.
On vous explique.

Si vous avez cherché à faire le plein ces derniers jours dans une station TotalEnergies, il est possible que vous soyez tombé sur un panneau sans prix réels, avant de vous retrouver un peu plus loin devant des pompes à sec, comme de nombreux automobilistes français.

"Il n'y a pas d'essence, en plus je suis sur la réserve. Je crois qu’il y a une station un peu plus loin, je vais dévier mon trajet", témoigne un automobiliste interrogé par TF1 ce lundi dans une station de l'Essonne. Une situation qui se répète ailleurs en France, comme dans cette autre station de Marseille (Bouches-du-Rhône), où aucun carburant n'était disponible à la vente dans la matinée.

La situation, qui devient de plus en plus fréquente, force les automobilistes à devoir payer plus cher leur essence chez d'autres fournisseurs. Mais comment s'expliquent ces difficultés d'approvisionnement qui touchent TotalEnergies ?

Une situation sous tension

Avec leurs prix attractifs grâce à la remise supplémentaire appliquée par l'entreprise à hauteur de 20 centimes, les stations TotalEnergies accueillent 30 à 40% de clients supplémentaires par rapport à leurs habitudes. C'est un défi logistique pour le pétrolier, qui peine à tenir le rythme. La principale difficulté est que les stations ne sont pas réapprovisionnées le dimanche. Les tournées des camions-citernes ne reprenant que le lundi, il faut donc attendre mardi, voire mercredi, pour que ses quelque 3.700 points de vente soient livrés partout dans le pays.

Autre cause pouvant expliquer le faible approvisionnement des stations-services de TotalEnergies : le début d'une grève, depuis le 26 septembre, dans plusieurs raffineries du groupe. En cause, une demande de revalorisation salariale à hauteur de 10%. Malgré les menaces de prolongation de grève, TotalEnergies a tenu à rassurer ses consommateurs en indiquant ce dimanche au Parisien que ses "équipes restent mobilisées pour faire face à cette demande plus élevée que d'habitude et continuent de réapprovisionner le réseau grâce à des moyens logistiques supplémentaires".

Lire aussi

La demande ne devrait pas faiblir au moins jusqu'à la fin du mois. À partir du 1er novembre prochain et jusqu'au 31 décembre, la remise de TotalEnergies sera réduite à 10 centimes par litre.


TF1info | Reportage Cyril Adriaens-Allemand, Sébastien Maloiseaux

Tout
TF1 Info