C'est la Banque de France qui l'annonce : le pic de l'inflation serait derrière nous.
La baisse progressive des prix a été annoncée, notamment pour l'alimentation.
Le ministre de l'Économie menace de sanctions si le ticket de caisse ne diminue pas dès le mois de juillet.

Après des mois d'augmentation, le ministère de l'Économie a affirmé que les prix alimentaires vont enfin baisser, et ce dès le mois de juillet. Il n’y a pas de liste précise, mais plusieurs centaines de produits seraient concernés, dont la volaille, les pâtes, les huiles de tournesol, les céréales ou encore la nourriture pour animaux. S'il est impossible de connaître à l'avance le montant des baisses, Bercy espère qu'elles atteindront les moins 10 %.

Il était temps, parce que franchement, c'était devenu invivable
Un client de supermarché

"Il était temps, parce que franchement, c'était devenu invivable", estime le client d'un supermarché dans le reportage de TF1 en tête de cet article. "C'est une bonne chose, mais j'attends pour voir", réagit une autre. Si les grandes enseignes et les industriels semblent prêts à faire un geste, ce n'était pas franchement gagné. La semaine dernière encore, le dialogue entre Bercy et les géants industriels était presque à l'arrêt. Mais à force de menaces fiscales, 75 groupes de l'agroalimentaire se sont enfin engagés à abaisser certains prix.

Pour cela, une quinzaine de fabricants ont d’abord accepté de renégocier avec la grande distribution. C'est le cas de Panzani, par exemple. Le cours du blé a chuté de 20%, et il entre pour 50% dans le coût de production des pâtes, ce qui rendait inimaginable une stagnation des prix. Pour le reste, les baisses passeront par des promotions dès juillet, comme nous l'a annoncé par exemple le géant Coca-Cola. Et pour être certain que les industriels respectent leurs engagements, la répression des fraudes fera, à la demande de Bercy, des contrôles réguliers.


La rédaction de TF1info | Reportage : Tiphaine Leproux, Hélène Massiot, Caroline Blanquart

Tout
TF1 Info