La situation continue de se dégrader ce vendredi dans les stations-service.
Environ 15% d'entre elles manque d'au moins un carburant, malgré les réquisitions.
TF1 fait le point.

Ce vendredi matin en banlieue nantaise, les automobilistes filmés par TF1 dans le reportage ci-dessus ont eu de la chance. Certes, les files d'attente sont longues, mais à la fin, ils décrochent encore le précieux carburant. Les professionnels en profitent pour remplir leur réservoir, indispensable pour leur activité. Et discrètement, entre deux pleins, on aperçoit certains automobilistes sortir leur jerrican pour faire des réserves.

Mais les pénuries guettent de plus en plus de distributeurs, à tel point que dans cette autre station de la région, le carburant est limité à 30 litres maximum par véhicule. "À côté, chez les concurrents, c'est limité à 20 euros, donc c'est déjà bien", réagit un client. Un autre joue lui aussi la carte du verre à moitié plein : "Ça permet au moins d'être équitable pour tout le monde. C'est pas trop, c'est pas assez, on va dire que c'est suffisant". 

Dans les Pays de la Loire, ce vendredi, 36% des stations-service manquent d'au moins un carburant. Autre région particulièrement en difficulté, Provence-Alpes-Côte d'Azur, où 29% des stations sont touchées. La situation est aussi tendue en Île-de-France (17%). De manière générale, la pénurie d'essence et de diesel augmente sur le territoire : selon le dernier décompte de l'AFP, 15% des stations françaises manquent de l'un ou l'autre, 7,65% des stations étant totalement à sec.

TF1

Alors pour limiter ces pénuries, le gouvernement réquisitionne. À quatre heures ce vendredi matin, les forces de l'ordre ont débloqué l'entrée de la grande raffinerie TotalEnergies de Gonfreville-L'Orcher, en Normandie, qui fournit notamment le kérosène des aéroports parisiens. Objectif : faire entrer quatre employés réveillés chez eux au cours de la nuit. Une nouvelle réquisition qui met en "colère"David Guillemard, délégué CGT Total : "De voir qu'on t'escorte pour que tu ailles travailler, de voir qu'on vient chez toi te déposer une lettre de réquisition devant tes enfants, c'est abusé : c'est du kérosène, c'est juste pour faire voler les avions", lance-t-il face aux caméras de TF1.

Le carburant de cette raffinerie doit désormais alimenter les aéroports d'Île-de-France et les stations-services, à condition qu'elle ne soit pas à nouveau bloquée. Depuis la fin de matinée de ce vendredi en effet, des manifestants se massent devant la raffinerie, avec l'intention de faire cesser toute activité.


La rédaction de TF1 | Reportage Patrick Ninine

Tout
TF1 Info