VIDÉO - Record de contrefaçons saisies par les douanes : comment repérer un faux produit ?

par JC TF1 | Reportage Julien Roux, Alice Chomy
Publié le 2 mars 2024 à 8h00
Au total, plus de 20 millions de contrefaçons ont été retirées du marché en France en 2023, un chiffre record.
Au total, plus de 20 millions de contrefaçons ont été retirées du marché en France en 2023, un chiffre record. - Source : Getty Images

Plus de 20 millions de contrefaçons ont été retirées du marché en France en 2023.
Les contrefacteurs redoublent d'efforts afin de tenter de déjouer les douaniers qui saisissent de plus en plus de produits en pièces détachées.
Le gouvernement va renforcer la surveillance de ces filières sur Internet.

Elles s’appellent Becky, Bella ou encore Beauty… mais pas Barbie. Ces poupées sont des jouets contrefaits saisis par les douanes. Elles finiront au broyeur de la brigade des douanes de Seine-Saint-Denis. Ces jouets peuvent représenter un danger pour les enfants. Mousse à l’intérieur du jouet extrêmement inflammable, objet pas du tout solide, possibilité de l’avaler et de s’étouffer… Les risques liés à ces jouets ne respectant pas les normes sont nombreux.

Au total, plus de 20 millions de contrefaçons ont été retirées du marché en France en 2023, un chiffre record. C'est deux fois plus que l'année précédente. Avec plus de 8 millions de pièces saisies (8.632.400), les jouets et les articles de sport arrivent en tête des produits contrefaits, devant les cosmétiques (1.331.969) et les vêtements (1.169.238). Même les médicaments n’échappent pas aux contrefaçons. 

"C'est un enjeu de sécurité"

Les contrefacteurs redoublent d’efforts afin de tenter de déjouer les douaniers qui saisissent de plus en plus de produits en pièces détachées. Mathilde Solleret, cheffe de la brigade des douanes d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), constate le développement de cette "nouvelle méthode de fraude". Celle-ci est rendue possible par la présence d’ateliers de confection sur tout le territoire. Les douanes ont par conséquent "plus de mal à procéder aux saisies", indique Mathilde Solleret, même si elles y "arrivent quand même".

Afin de lutter contre ce phénomène, le gouvernement va renforcer la surveillance de ces filières sur Internet : le nombre de cyber-enquêteurs va ainsi passer de 40 à 70 sur l’ensemble de la France. "C’est un enjeu de sécurité parce que derrière les vendeurs à la sauvette, on retrouve des réseaux de grande criminalité qui financent des mafias mais aussi des réseaux terroristes qui ont des quantités d’argent considérables", affirme au 20H de TF1, dans le reportage visible en tête de cet article, Thomas Cazenave, ministre délégué chargé des Comptes publics.

Les grandes marques et les produits de luxe ne sont plus les seules victimes de la contrefaçon. Le prêt-à-porter est lui aussi de plus en plus copié. Delphine Sarfati-Sobreira, directrice générale de l'Union des fabricants pour la protection internationale de la propriété intellectuelle (Unifab), donne ses conseils pour distinguer le vrai du faux : "Il faut acheter le bon produit au bon endroit. Sur des marchés ou dans des magasins de déstockage, par exemple, on peut retrouver un mélange de vrais produits et de contrefaçons. Il faut vraiment faire attention, notamment au packaging des produits." Ces indices sont cependant parfois difficiles à déceler. Il convient donc d’acheter ses articles dans les réseaux de distribution officiels afin d’éviter toute mauvaise surprise.


JC TF1 | Reportage Julien Roux, Alice Chomy

Tout
TF1 Info