Risques de pénuries : va-t-on manquer de galettes dans les crêperies bretonnes ?

Léa Tintillier | Reportage TF1 Paul Géli
Publié le 11 mai 2022 à 16h48

Source : JT 13h Semaine

La célèbre galette au sarrasin va-t-elle rejoindre la liste des produits victimes de pénuries ?
Alors que la Russie est le principal pays producteur de blé noir, on s'inquiète dans la région.

La complète au blé noir, incontournable des crêperies bretonnes, sera-t-elle à son tour victime du conflit en Ukraine ? Dans la crêperie de Brest (Finistère) où se rend le 13H de TF1 dans le reportage en tête de cet article, à chaque livraison de farine, Christine Hay-Colloc est soulagée. "C’est devenu une denrée rare. Je suis un peu stressée quand même parce qu’on ne sait pas si on va avoir assez de blé noir pour continuer notre activité. S’il n’y a plus de blé noir, c’est la moitié du chiffre d’affaires qui en subit les conséquences", affirme-t-elle. 

Dans les champs bretons, les producteurs se mobilisent pour compenser le manque d’importations. "Pour faire simple, la Russie est le principal producteur de blé noir et le principal exportateur. L’Ukraine est le troisième pays producteur mais non exportateur et donc, par effet de vase communicant, on peut avoir une pénurie d’offre à l’échelle mondiale en blé noir", explique Michel Le Friant, membre de l’association "Blé Noir Tradition Bretagne". Il en appelle de nouveaux agriculteurs à semer du blé noir d’ici la mi-juin. 

Vers une hausse des prix ?

Chez le meunier Pierre Demoulin, le prix du blé tendre a doublé depuis février. Il redoute le même phénomène pour le blé noir. "Ma plus grande crainte évidemment va être au niveau du tarif, puisqu’on voit bien que toutes les matières premières augmentent et notamment le blé tendre, par exemple, qui a tendance à exploser, donc on a peur que le blé noir ait cette tendance à augmenter progressivement", s’inquiète-t-il. 

Tous les acteurs de la filière le rappellent : il n’y a pas de pénurie de sarrasin pour le moment. Mais la saison s’annonce difficile, avec une sécheresse prématurée. Les récoltes débuteront à la fin de l’été. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Paul Géli

Tout
TF1 Info