Le circuit court, un système gagnant-gagnant pour les agriculteurs et les consommateurs

par La rédaction de TF1info | Reportage : Elena Despatureaux, Stefan Iorgulescu et Fabienne Moncelle
Publié le 27 janvier 2024 à 11h19

Source : JT 20h WE

Pour augmenter concrètement les revenus des agriculteurs, il existe aussi les circuits courts.
Un modèle vertueux, gagnant-gagnant, qui implique la suppression des intermédiaires non seulement pour les producteurs, mais aussi pour les consommateurs.

Et si les clients avaient eux aussi un levier d'action ? Comme chaque semaine, Christophe Mazingarbe, interrogé dans la vidéo en tête de cet article, part livrer en direct sa récolte d'endives à quelques kilomètres de sa ferme. Dans la région, on prône le circuit court. 

Ni intermédiaire, ni centrale d'achats

L’enseigne spécialisée, qui compte déjà six magasins en France, travaille avec 600 producteurs. Pas d'intermédiaires ni de centrale d’achats : résultat, l'agriculteur touche au minimum 60% du prix de vente de son produit. Concrètement, pour un kilo d’endives, Christophe gagne 2,20 euros. Le reste représente la marge du magasin et la TVA. En réduisant ses coûts, l’enseigne veut casser les prix et les clients, aussi, s’y retrouvent. Pour rester compétitif, le magasin limite ses coûts et mise sur le libre-service.

Pour réduire au maximum les intermédiaires, certains producteurs vont même plus loin. En Normandie, Patricia, éleveuse de porcs, est aussi derrière la caisse. Avec son mari, ils ont ouvert un magasin fermier où ils proposent directement leurs viandes, mais aussi des fruits et légumes, du cidre, des œufs, de leurs amis agriculteurs de la région. 

Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage : Elena Despatureaux, Stefan Iorgulescu et Fabienne Moncelle

Tout
TF1 Info