Les "Springboks" champions du monde, l'arc-en-ciel quatre étoiles

Publié le 28 octobre 2023 à 23h11, mis à jour le 29 octobre 2023 à 0h29
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Rugby - Coupe du Monde

Plus que jamais tout en haut de l'Ovalie.
Débarquée en France, auréolée de son titre de championne du monde, l'Afrique du Sud a réussi un incroyable doublé, que seuls les "All Blacks" étaient parvenus à réaliser jusqu'alors.
Voilà désormais les "Boks" uniques détenteurs de quatre Coupes du monde.

1995, 2007, 2019 et... 2023. Des Boks quatre étoiles. Pour la quatrième fois en quatre finales de Coupe du monde, l'Afrique du Sud a soulevé le trophée Webb Ellis, samedi 28 octobre, en dominant la Nouvelle-Zélande (11-12), 28 ans après leur seul et unique affrontement à ce stade de la compétition. Le 24 juin 1995, dans une société post-apartheid, la "Nation arc-en-ciel" de Nelson Mandela avait terrassé les dieux maoris (15-12, a.p) pour s'adjuger son tout premier titre planétaire. Trois décennies plus tard, le vent a de nouveau soufflé dans le dos des héritiers du mythique capitaine sud-africain François Pienaar. 

Comme en 2007, où ils avaient désépiner le "XV de la Rose" (6-15), les Springboks ont triomphé au Stade de France. Comme en 2019, toujours contre les Anglais (12-32), mais cette fois au Japon, la bande à Faf de Klerk a levé les bras au ciel, faisant d'elle la deuxième nation de l'Histoire, seulement, à conserver son titre mondial, après les All Blacks (doublé en 2011 et 2015). 

Une machine bien mieux huilée qu'en 2019
Faf de Klerk, demi de mêlée des "Springboks"

Arrivés en léger retrait dans l'Hexagone, malgré leur statut, une position d'outsider qui ne seyait guère au demi de mêlée sud-africain, les tenants du titre ont reproduit la recette qui a fait leur succès quatre ans auparavant. Une recette quelque peu revisitée : le tandem Jacques Nienaber-Rassie Erasmus, respectivement sélectionneur et directeur du rugby, a associé des trois-quarts plus véloces et créatifs à des avants brutaux, vigoureux et inépuisables. Les deux têtes pensantes se sont aussi appuyées sur l'ossature du groupe champion du monde (30,4 ans de moyenne d'âge, le plus âgé du Mondial). "On est une machine bien mieux huilée. À l'époque, on était vraiment bruts. Ça ne veut pas dire qu'on est meilleurs mais (...) on est en bonne position, sans doute meilleure qu'en 2019", prévenait Faf de Klerk en amont du tournoi. 

Versés dans la poule "de la mort", avec l'Irlande, grandissime favorite, et l'Écosse, en embuscade, les Boks ont tenu leur rang sans trembler. Ils ont effeuillé le "Chardon" écossais (18-3) et broyé les "Chênes" roumains (76-0). Mais, une fois confrontés au "Trèfle" irlandais (8-13), dans la "finale" de leur groupe, les Sud-Africains, bien que présents dans l'engagement et la férocité, ont multiplié les ratés face aux perches. Une faiblesse déjà identifiée, rédhibitoire lorsque le niveau s'élève. 

Afrique du Sud-Irlande (8-13) : revoir le résumé en 5 minutesSource : Rugby - Coupe du Monde
Cette vidéo n'est plus disponible

Un résultat qui n'a pas entamé leur capital confiance. "Nous pouvons encore gagner la Coupe du monde. Nous jouons la compétition pour la gagner. Nous perdons contre la meilleure équipe du monde, de cinq points, et nous avons l'occasion de gagner dans les dernières minutes", relativisait Jacques Nienaber, l'ex-fidèle adjoint de Rassie Erasmus. Peut-être parce qu'il savait que, le match de l'Irlande passé, il aurait en sa possession une botte secrète, en la personne d'Handré Pollard, pour régler la mire dans l'exercice des tirs au but (11 tentatives réussies sur 23, lors des trois premiers matchs). 

Handré Pollard n'est pas Superman
Rassie Erasmus, directeur du rugby sud-africain

Écarté de la sélection initiale, en raison d'une blessure à un mollet, l'ouvreur de Leicester, buteur émérite, à l'origine de 22 des 32 points lors de la finale de 2019, a été rappelé en remplacement de Malcolm Marx, blessé. Un choix stratégique induit par les piètres performances de Mannie Libbok et Faf de Klerk, au risque de jouer le reste de la compétition avec un seul talonneur de métier. Bien en a valu au staff sud-africain. Et ce, malgré la prudence (surjouée ou excessive ?) de Rassie Erasmus. "Handré Pollard n'est pas Superman", tempérait l'homme qui a remis l'Afrique du Sud sur le toit du monde en 2019. 

Face aux Tonga (49-18), où il s'est testé, le champion de France 2022 avec Montpellier a démontré qu'il n'avait rien perdu de ses qualités (4 transformations sur 4). De quoi rassurer les Springboks, avant leur quart de finale contre la France. Une "bataille épique", de laquelle les coéquipiers du supersonique Cheslin Kolbe sont sortis vainqueurs (28-29). Au-delà de l'arbitrage de Ben O'Keeffe, critiqué à tort ou à raison, la différence s'est faite sur le pré du Stade de France. L'Afrique du Sud a pu compter sur sa stratégie audacieuse, mais pas sans risque - un banc en "5-3" (cinq avants et trois arrières) -, et le sang-froid de Handré Pollard, auteur d'une pénalité de 50 mètres en fin de match (25-29 à la 69e minute) pour forcer la décision.

Déterminants face aux Bleus, l'un comme l'autre l'ont été tout autant en demies. Donnant longtemps l'impression d'être empruntés, incapables de répondre au piège anglais, les Boks se sont tournés vers leur banc. La Bomb squad ("l'équipe de déminage", en français), qui avait déjà joué son rôle à fond en 2019, est alors entrée en action pour faire basculer la rencontre. "Les Sud-Africains sont partout : que ce soit dans chaque duel, chaque engagement, chaque ballon gagné, à la touche, à la mêlée, sur les ballons portés, dans l'occupation, la longueur, la précision, les duels aériens, les plaquages", énumérait auprès de TF1info Émile Ntamack, que nous avions rencontré durant le Mondial. "Ils sont par-tout !"

Non content d'avoir enterré le rêve de sacre du pays hôte, Handré Pollard, entré en jeu dès la 31e minute, a endossé le costume de sauveur dans une rencontre cadenassée, en inscrivant la pénalité de la gagne (15-16), à la 78e minute. "C'est pour ça qu'on joue au rugby. On fait tout pour vivre ce genre de moments", confiait-il après coup. "C'était génial."

Angleterre-Afrique du Sud (15-16) : revoir la pénalité de la victoire de Handré PollardSource : Rugby - Coupe du Monde
Cette vidéo n'est plus disponible

Et, tant pis, si ça gagne sans la manière. "Nous ne voulons pas être une merveilleuse équipe de rugby que le monde entier adore", assumait Rassie Erasmus, revendiquant toutefois jouer "un rugby plus ouvert, plus fluide et plus courant" qu'en 2019. Loin de lui donc l'idée de séduire avec son plan de jeu minimaliste, mais ultra-efficace. Un rugby qui fait de l'Afrique du Sud la première nation quatre fois championne du monde. Finalement, n'est-ce pas le résultat que l'on retient à la fin ?


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info