World Rugby officialise la Nations Cup pour 2026 : à quoi va ressembler ce nouveau tournoi ?

Publié le 24 octobre 2023 à 17h54, mis à jour le 24 octobre 2023 à 18h04

Source : Sujet TF1 Info

World Rugby a officialisé, mardi 24 octobre, la création de la Nations Cup, à compter de juillet 2026.
Cette nouvelle compétition, qui remplace les tournois d'été et d'automne, regroupera les 12 meilleures nations.
À partir de 2030, une deuxième division, dotée d'un système de promotion-relégation, devrait permettre aux nations émergentes de pouvoir se mesurer avec les meilleures équipes du monde.

Le football avait sa Nations League, le rugby a désormais sa Nations Cup. En marge des ajustements annoncés pour la prochaine Coupe du monde, qui aura lieu à l'automne 2027 sur le sol australien, World Rugby a annoncé par communiqué, mardi 24 octobre, le lancement d'une toute nouvelle compétition. Dans les cartons depuis un moment, ce tournoi international, qui vient alourdir un peu plus un calendrier déjà surchargé, verra le jour en 2026. Il sera organisé tous les deux ans, lors des fenêtres de juillet dans l'hémisphère Sud et de novembre dans l'hémisphère Nord.

Il regroupera les 12 meilleures nations : les six du Tournoi (la France, l'Écosse, l'Irlande, le pays de Galles, l'Angleterre et l'Italie), les quatre du Rugby Championship (la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud, l'Australie et l'Argentine) ainsi que deux sélections invitées, a priori les Fidji et le Japon, classés 10e et 12e au classement World Rugby. Elles seront divisées en deux poules de six avec les Européens d'un côté et les Sudistes et assimilés de l'autre. Jusque-là, rien de bien compliqué.

Deux poules de six, une grande finale

Mais c'était sans compter sur World Rugby, qui a choisi de complexifier la donne. Les nations de la poule A, les Européens, ne s'affronteront pas entre elles. Elles rencontreront celles de la poule B, les Sudistes et assimilés. En somme, le XV de France ira défier trois pays du groupe B en juillet, avant de jouer les trois autres en novembre. À l'issue des rencontres, six par pays, un classement par poules sera établi. Les deux premiers de chaque groupe s'affronteront pour une grande finale fin novembre.

Une fois la nouvelle compétition rodée, un système de promotion-relégation sera mis en place, à partir de 2030, avec l'apparition d'une deuxième division, qui sera aussi composée de 12 équipes, classées de 13 à 24 au classement World Rugby. En l'état, ce deuxième échelon, le Challenger Series, rassemblerait, dans l'ordre croissant, le Portugal, la Géorgie, les Samoa, les Tonga, l'Uruguay, les États-Unis, l'Espagne, la Roumanie, la Namibie, le Chili, le Canada et Hong Kong.

L'objectif derrière cette réforme : renforcer la portée et la compétitivité du rugby à l'international, en permettant aux nations émergentes de se frotter à ce qui se fait de mieux sur la planète ovale. "Nous attendons désormais avec impatience une nouvelle ère passionnante pour notre sport qui débutera en 2026", s'est réjoui le président de World Rugby, Sir Bill Beaumont. "Une ère qui apportera certitude et opportunités pour tous. Une ère qui soutiendra le plus grand nombre, et non quelques-uns, et une ère qui dynamisera le développement du sport au-delà de ses frontières traditionnelles et souvent auto-imposées."

En théorie, tout du moins. Car, dans les faits, les deux nations qui finiront en tête de leur poule de Challenger Series devront encore passer par des barrages d'accession contre les deux derniers de chaque groupe de la Nations Cup. 


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info