Nouvelle-Zélande - Afrique du Sud : une finale quatre étoiles et bien plus encore

Publié le 27 octobre 2023 à 9h00, mis à jour le 28 octobre 2023 à 6h48
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Rugby - Coupe du Monde

Pour la deuxième fois de l'Histoire, All Blacks et Springboks se retrouvent en finale de la Coupe du monde ce samedi à 21h (sur TF1, MYTF1 et TF1info).
Un match qui possède une saveur particulière, l'une des deux formations pouvant s'imposer comme la plus titrée du monde de l'Ovalie.

Même si la France en est la grande absente, la finale de la Coupe du monde ressemble à l'affiche idéale. Devenues depuis plusieurs décennies des références sur la scène internationale, la Nouvelle-Zélande (1987, 2011, 2015) et l'Afrique du Sud (1995, 2007, 2019) sont les deux nations les plus titrées dans la compétition. À elles deux, elles ont remporté six des neuf éditions du plus prestigieux tournoi de l'Ovalie, soit 66%. Un chiffre qui va, quelle que soit l'issue, monter à 70% (sept sur dix) après la rencontre de ce samedi 28 octobre (21h, en direct sur TF1, MYTF1, en live commenté sur TF1info). 

La guerre des étoiles

Mais au-delà de ces considérations génériques, c'est véritablement de suprématie qu'il sera question après ce week-end. Les deux sélections entretiennent probablement l'une des plus grandes rivalités du rugby international. "On a parlé de l’héritage. Ce n’est pas un secret, cette rivalité est considérable. En tant qu’All Blacks, on adore aller en Afrique du Sud en pour savourer un bon 'braai' (barbecue). C’est un pays singulier à voir. Leur manière de jouer rend encore notre rivalité un peu plus épicée", souligne Jason Ryan, entraîneur des avants néo-zélandais. 

Il s'agit d'un rendez-vous avec l'Histoire, peut-être encore plus qu'en temps normal, le vainqueur de la finale devenant - de facto - le premier pays à compter quatre titres de champion du monde. Pendant les quatre prochaines années (au moins), il pourra donc se targuer d'être la meilleure nation dans son sport. Rien que ça. "Les All Blacks ont gagné la Coupe du Monde trois fois, nous l’avons gagnée trois fois, ce qui suffit à faire de ce match quelque chose de plus grand encore qu’une simple finale. Le vainqueur aura un titre de gloire qui durera les huit prochaines années. On a simplement envie de faire la fierté de notre peuple", confirme Mzwandile Stick, membre du staff sud-africain. 

L'enjeu est certainement encore plus grand du côté des Springboks, les All Blacks ayant pour eux leur aura et l'empreinte qu'ils ont laissé sur le jeu. "La Coupe du Monde de Rugby n’a lieu que tous les quatre ans, on n’est champion que le soir où on la remporte. Le lendemain, on commence déjà à préparer la suivante. En aucun cas, je n’affirmerai que ça fait de nous la meilleure équipe de tous les temps, mais je serai très fier d’en remporter une quatrième", glisse Daan Human, l'entraîneur de la mêlée des "Boks".

France - Afrique du Sud : voir le résumé en 5 minutesSource : Rugby - Coupe du Monde
Cette vidéo n'est plus disponible

Les actuels tenants du titre se voient offrir, en plus, l'opportunité de réaliser le deuxième doublé de l'histoire seulement, après... la Nouvelle-Zélande (2011 et 2015), à une époque où le niveau n'a jamais semblé aussi homogène sur la scène internationale. Un exploit de taille pour un pays qui, on le rappelle, n'a pas participé aux deux premières éditions de la Coupe du monde. S'ils venaient à soulever le trophée, les coéquipiers du revenant Handré Pollard mettraient aussi un point d'exclamation à un parcours d'exception, au cours duquel ils ont dû croiser le fer avec les cinq autres équipes du top 6 au classement World Rugby (Nouvelle-Zélande, France, Irlande, Écosse, Angleterre). 

Les Blacks ont un statut à conserver (et un blason à redorer)

Côté All Blacks, la donne est assez simple : retrouver le sommet de la hiérarchie mondiale, quatre ans après l'avoir quittée, et après des dernières années plus difficiles. Sam Cane et les siens ont visiblement pris les critiques à leur encontre, évoquant leur supposé déclassement, très à cœur. Ils ont aussi en tête le déboire de 1995, et la volonté de laver l'affront de cette seule finale mondiale perdue (les Sud-Africains ont, eux, remporté les trois finales auxquelles ils ont pris part), quand bien même elle a été accompagnée, après coup, par son lot de polémiques. 

Autre détail qui n'en est pas vraiment un - comme pour leurs adversaires de samedi, au demeurant -, l'enjeu est aussi d'offrir une sortie digne de ce nom à certains cadres en fin de carrière avec le maillot noir : Aaron Smith, Sam Whitelock, Brodie Retallick, Dane Coles et autres Beauden Barrett disputent sûrement leur dernier Mondial. 

Irlande - Nouvelle-Zélande : voir le résumé en 5 minutesSource : Rugby - Coupe du Monde
Cette vidéo n'est plus disponible

Quoi qu'il en soit, et peu importe le scénario de ce match, ce duel au sommet promet des étincelles, une opposition de style - entre une équipe de feu et une défense étouffante - de haute volée. Les hommes en noir privilégient les attaques rapides sur les récupérations de balle et les lancements en première main après les phases de conquête, ceux en vert et or s'appuient davantage sur des placages destructeurs, un réalisme chirurgical et une mêlée destructrice. Rarement une finale de Mondial n'a réuni deux équipes autant au sommet de leur art et, surtout, chacune dépositaire d'un style de jeu qui leur est propre. 

Pourtant, ce n'est que la deuxième fois de l'Histoire que le trophée Webb Ellis reviendra à une formation qui a mordu la poussière au cours de la compétition (la Nouvelle-Zélande a perdu contre la France, l'Afrique du Sud contre l'Irlande). La première fois ? C'étaient déjà les Springboks, il y a quatre ans...


Maxence GEVIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info