Notre-Dame brûle, au cinéma le 16 mars

3 bonnes raisons d’attendre "Notre-Dame Brûle", le nouveau film de Jean-Jacques Annaud

par Jérôme VERMELIN
Publié le 28 février 2022 à 9h30
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

En salle le 16 mars, "Notre-Dame Brûle" est le projet le plus ambitieux de la carrière de Jean-Jacques Annaud.
Le cinéaste a reconstitué l’incendie de la cathédrale heure par heure en mélangeant images d’archives et prises de vue réelles.
L’objectif : offrir aux spectateurs de cinéma un film à grand spectacle qui rend hommage à l’héroïsme des soldats du feu.

C’était le 15 avril 2019. Sous les yeux des passants puis des téléspectateurs du monde entier, Notre-Dame de Paris est consumée par les flammes. Jean-Jacques Annaud, lui, était dans la maison de ses parents, en Vendée. Sa télévision en panne, il s’informe par la radio avant de recevoir des centaines de vidéos d’amateurs sur son téléphone portable. À l’époque, il ne sait pas encore qu’elles nourriront le projet le plus ambitieux de sa carrière. En salle le 16 mars prochain, Notre-Dame Brûle est un événement cinématographique immanquable à plus d’un titre…

Pour le pari fou que s’est lancé Jean-Jacques Annaud

Après un passage réussi à la télé avec l'adaptation de L’Affaire Harry Québert, il était écrit que Jean-Jacques Annaud retrouverait le grand écran avec un projet pas comme les autres. Lorsque le 18 décembre 2019, presque huit mois jour pour jour après l’incendie de Notre-Dame, le patron de Pathé Jérôme Seydoux le contacte, c’est pour tourner… un documentaire sur la tragédie. Après s’être prolongé dans la chronologie des faits, à la fois tragique et burlesque, le cinéaste en est persuadé : c’est une fiction qu’il faut tourner. Car si tout le monde connaît la fin, les coulisses de la catastrophe, méconnues du grand public, sont la matière d’un film à grand spectacle comme on en a rarement vu en France.

Pour la magie de revoir Notre-Dame comme avant

Comme chacun sait Notre-Dame fait actuellement l’objet d’un ambitieux projet de reconstruction, en vue d’une réouverture au public au printemps 2024. Pour reconstituer l’intérieur, Jean-Jacques et son équipe ont posé leurs caméras sous la nef de la cathédrale de Bourges, dont le style gothique évoque furieusement celui de sa cousine parisienne. L'incendie qu'on découvrir à l'écran est le fruit, lui, d’un mélange bluffant d’effets spéciaux et d’images d’archives, professionnelles et amateurs, histoire de donner aux spectateurs l’impression de vivre la tragédie en temps réel. Et de revoir ce monument magique tel qu'il était avant qu'il soit ravagé par les flammes.

Pour l’hommage aux soldats du feu

Le sauvetage de Notre-Dame, c’est avant tout une histoire humaine. Mais saviez-vous qu’avant l’arrivée de la cavalerie, ils n’étaient que quatre jeunes pompiers, deux hommes, deux femmes, venus affronter les flammes avec une lance à incendie pas plus large qu’un tuyau d’arrosage ? Et pas beaucoup plus pour la mission de la dernière chance qui a permis d’éteindre le brasier au cœur de la nuit ? D’un bout à l’autre, ces professionnels ont risqué leur vie en connaissance de cause et le film de Jean-Jacques Annaud a aussi la volonté de le rappeler, sans romancer les faits. Car leur héroïsme, c'est tout sauf du cinéma. 

>> Notre-Dame Brûle de Jean-Jacques Annaud. Samuel Labarthe, Jean-Paul Bordes, Mikael Chirinian. En salle le 16 mars.


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info