Le duc et la duchesse de Sussex ont assuré avoir "frôlé la catastrophe" dans les rues de New York après avoir été pris en chasse par des paparazzis.
Plusieurs personnalités ont remis en cause leur récit, poussés par la version moins alarmiste des faits relatée par les autorités.
"Honnêtement, je trouve ça odieux", a réagi le porte-parole du couple.

Leur simple escapade new-yorkaise s’est transformée en guerre de communication. Une semaine après les faits, Harry et Meghan sont encore contraints de justifier ce qu’ils ont vécu dans les rues de la Grosse Pomme le 16 mai. Dans un inquiétant communiqué, le duc et la duchesse de Sussex ont dénoncé l’attitude "de paparazzis très agressifs" qui aurait pu virer "à la catastrophe" alors qu’ils rentraient en voiture avec Doria Ragland, la belle-mère du prince. Le couple parlait d’une "course-poursuite incessante" de près de deux heures qui "aurait pu être fatale" à l’issue d’une soirée de gala lors de laquelle l’ancienne actrice de 41 ans a reçu un prix récompensant son engagement féministe.

Leurs détracteurs ont été prompts à vérifier chacun des mots de leur communiqué. Des sources officielles ont aussi tempéré les propos du couple. La police de New York a parlé d’un "trajet rendu difficile" par "de nombreux photographes". Même le maire Eric Adams a remis en cause la probabilité d’une "course-poursuite de deux heures à pleine vitesse", tout en reconnaissant que "même une prise en chasse de dix minutes est extrêmement dangereuse dans sa ville" et que deux officiers de police auraient pu être blessés.

"Pas un coup de pub"

Le chauffeur de taxi qui les a pris en charge après que le couple a changé de voiture a lui affirmé "ne jamais s’être senti en danger". "Je pense que c’est exagéré", a-t-il notamment déclaré. Anonymes et célébrités ont pris le relai sur les réseaux sociaux, arguant que le récit des Sussex n’était peut-être pas tout à fait authentique. Pire, qu’ils auraient manigancé la séquence pour faire parler d’eux. Backgrid, l’agence de photos détentrice des clichés pris lors de cette soirée, a de son côté refusé d’accéder à la demande de Harry et Meghan qui souhaitaient les récupérer.

Face au flot de désinformation sur le couple, leur porte-parole s’est fendu d’un communiqué à Page Six. "Avec tout le respect possible, étant donné l’histoire familiale du duc, il faudrait vraiment ne pas se soucier du couple ou de ceux associés à eux pour croire qu’il s’agit d’un coup de pub", insiste-t-elle. "Honnêtement, je trouve ça odieux", ajoute-t-elle. Des proches de Harry ont rapporté à la même publication qu’il n’avait jamais aussi bien compris ce qu’avait vécu sa mère, Lady Di, tuée dans un accident de la route à Paris en 1997 alors que sa voiture était poursuivie par des paparazzis.

Trois jours plus tôt, un autre représentant des Sussex avait été contraint de démentir un article largement relayé. Non, le prince Harry ne loue pas de chambre d’hôtel pour prendre du temps pour souffler loin de Meghan et de leurs deux enfants, Archie et Lilibet. En guerre judiciaire contre les tabloïds britanniques et leurs affabulations, le duc de Sussex profite de sa liberté de parole retrouvée loin des Windsor pour livrer sa vérité. Après ses mémoires, c’est au tribunal à Londres qu’il doit s’exprimer le mois prochain.


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info