Des études montrent que de nombreux Français partagent une forme "d'overdose" en matière d'information.
Pour suivre l'actualité, nous utilisons en moyenne pas moins de 8 canaux différents.
Des constats paradoxaux puisque plusieurs indicateurs décrivent par ailleurs une hausse de la "consommation" d'info.

Il y a quelques mois, la Fondation Jean Jaurès s'intéressait à la "fatigue informationnelle". Un phénomène régulièrement qualifié "d'infobésité" ou encore de "syndrome de saturation cognitive", lié à la profusion d'information et susceptible d'engendrer une forme de fatigue et/ou de stress subi par les lecteurs. L'étude, dévoilée à l'automne dernier, a montré que "pas moins de 53% des Français [...] disent souffrir de fatigue informationnelle, dont 38% [...] en souffrent 'beaucoup '". Cette observation est parfois opérée jusque dans les médias, comme en témoignent les mots du président d'Arte, Bruno Patino. "On constate une désaffection de beaucoup de nos concitoyens face à l'information. Ils disent : 'Il y en a trop, c'est trop complexe de s'y retrouver dans tout dossier, et c'est beaucoup trop compliqué d'essayer de démêler le vrai du faux.'"

L'info à la télé toujours plébiscitée

Près de 6 Français sur 10 partagent l'idée selon laquelle ils ressentent un "trop plein d'information" qui "empêche de prendre du recul". Un constat fort, qui peine pourtant à se traduire dans les habitudes ou les modes de vie. Constate-t-on une forme de mise en retrait, une prise de recul ? Un détournement progressif des médias liés à cette omniprésence de l'info dans le quotidien ?

Lorsque l'on se penche sur les chiffres d'audience et d'usage, une telle tendance ne semble pas se dessiner. En ce qui concerne la télévision par exemple, on observe que les journaux télévisés demeurent aujourd'hui des rendez-vous particulièrement suivis : le nombre global de personnes devant le petit écran tend à diminuer, mais les parts d'audience des JT de 13 heures demeurent fortes : lors de la saison 2021-2022, les JT de 13H de TF1 et France 2 ont affiché respectivement des parts d'audience de 38,4% et 22,1%. Auxquelles il faut ajouter les 11,3% du "12.45" proposé par M6. Les 20 heures de TF1 et France 2 attirent quant à eux près d'un téléspectateur sur deux au quotidien (25,9% et 22,5% de part d'audience). Sans compter les habitués du "19.45" sur M6 (12,7%) ou du journal de France 3 (14,1%). Des chiffres fournis à TF1info par Médiamétrie. 

Dans le même temps, il faut noter que la France compte 4 chaînes d'information en continu, un cas assez unique en Europe. Au cours des dix dernières années, Franceinfo a vu le jour tandis que LCI a élargi son audience en arrivant sur la TNT gratuite. Si bien qu'aujourd'hui, les 4 canaux se partagent 8% des parts d'audience annuelle (chiffres 2022), BFM conservant une place de leader avec 3,3%. 

Le numérique devenu omniprésent

La généralisation des téléphones portables, tout comme la multiplication des contenus d'information sur les réseaux sociaux, contribuent sans doute au sentiment d'infobésité ressenti par de nombreux Français. Les audiences enregistrées par les médias en ligne ont connu une progression constante au cours de la dernière décennie. L'exemple du Figaro illustre cette tendance : le site du quotidien se réjouissait en 2014 d'avoir franchi pour la première fois la barre des 11 millions de visiteurs uniques mensuels, mais en revendiquait 25,5 millions 8 ans plus tard, début 2022. Plus largement, on compte dans l'Hexagone une douzaine de sites d'actualités consultés tous les mois par plus de 15 millions de personnes. Sans compter le succès des comptes de médias sur des plateformes comme Instagram (1,7 de followers pour Le Monde), Twitter (3,2 de personnes qui suivent Le Parisien) ou encore TikTok (où TF1info compte plus de 700.000 abonnés).

La radio reste un média très apprécié

Toujours très appréciée, la radio reste un média majeur en France, où l'information trouve toute sa place. Y compris avec le développement des podcasts, qui ont connu une croissante significative au cours de la décennie écoulée. Si de nombreuses stations proposent des rendez-vous liés à l'info, on peut se pencher plus en détails sur les parts d'audience réalisées par Franceinfo, qui consacre tout son temps d'antenne ou presque à l'actualité. En novembre 2021, la radio publique se félicitait qu'avec "4.909.000 auditeurs chaque jour", elle signait "sa meilleure audience depuis 16 ans sur une vague de rentrée (septembre-octobre)". Puremedias, qui suit de près les questions d'audience, expliquait fin 2022 que Franceinfo avait "considérablement réduit l'écart avec les stations luttant pour le podium des généralistes, durant la dernière décennie". Cela se traduit par une part d'audience de 5,2%, proche de NRJ ou de RMC, qui flirtent avec les 6%. 

Si les observations de la fondation Jean Jaurès laissent à penser que l'infobésité est ressentie par une majorité de Français, la conséquence ne semble donc pas se traduire par une fuite des internautes, auditeurs, lecteurs et autres téléspectateurs, qui délaisseraient les médias et leur production. "Pour une majorité de Français, il est important de s’informer régulièrement dans les médias (59%). Pour un Français sur cinq, c’est même « très » important (20%)", notait dans son étude la fondation.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


TD

Tout
TF1 Info