Affaire Depardieu : un nouveau texte signé par des artistes s'en prend à la tribune défendant l'acteur

Publié le 31 décembre 2023 à 18h59

Source : JT 20h Semaine

Une nouvelle tribune a été publiée en réaction au texte défendant Gérard Depardieu.
Elle affirme notamment que "le talent de Gérard Depardieu n’autorise pas l’indignité de ses comportements".
Parmi les 73 premiers signataires, l'écrivaine Vanessa Springora, l'actrice Anouck Grinberg ou la comédienne Corine Masiero.

Le monde du cinéma continue de réagir. Après le texte défendant Gérard Depardieu publié en début de semaine et qui a largement fait polémique, une nouvelle tribune a été publiée. Intitulée "Adresse au vieux monde", elle s'en prend "aux signataires du texte 'N’effacez pas Gérard Depardieu', à leurs communicants, à celles et ceux qui écoutent leurs sirènes, et accessoirement au Président de la République française."

Vanessa Springora, Anouk Grinberg, Clotilde Hesme...

Cette nouvelle tribune répond notamment à plusieurs arguments qui ont été utilisés pour défendre l'acteur, visé par trois plaintes pour agression sexuelle ou viol, accusations qu'il réfute. Il s'ajoute à une contre-tribune, signée par plus de 2500 personnes, qui répondait déjà au texte défendant Gérard Depardieu. "Sans désaccord aucun avec ce texte, les initiatrices et initiateurs de ce nouvel appel ont néanmoins souhaité le rendre public, car il complète et prolonge le précédent", est-il expliqué en introduction du texte, publié sur Le Club de Mediapart et sur la plateforme Change.org.

Parmi les 73 premiers signataires, les comédiennes Laure Calamy et Corine Masiero, déjà signataire de la première contre-tribune, l'autrice du Consentement, Vanessa Springora, les actrices Aïssa Maïga et Anouk Grinberg, qui avait déjà dénoncé le comportement de Gérard Depardieu, ou l'acteur Alex Lutz.

"Le sujet est celui des violences sexistes et sexuelles dont il est l'auteur"

Assurant que "personne ne veut effacer l’artiste", ces personnalités soulignent dans ce texte que "le talent de Gérard Depardieu n’autorise pas l’indignité de ses comportements." La tribune rappelle aussi que "les images de lui en Corée sont incontestables", citant une vidéo diffusée dans l'émission Complément d'enquête où Gérard Depardieu multiplie les propos misogynes et insultants envers des femmes.

"Il n’est pas question de sa filmographie, le sujet est celui des violences sexistes et sexuelles dont il est l’auteur", est-il encore mis en avant, rendant hommage aux femmes qui "ont eu le courage de témoigner". Les auteurs et autrices de la tribune s'en prennent par ailleurs aux mots utilisés par Emmanuel Macron, celui-ci ayant estimé que Gérard Depardieu était victime d'une "chasse à l'homme".

"Les femmes qui témoignent du mal qu’il leur a fait, la société qui ouvre enfin ses yeux et ses oreilles, le public qui a besoin de vérité, tout cela ne relève pas du lynchage d’un homme, mais d’une urgence de changement pour le bien de toutes et tous. Ce n’est pas un crime de dénoncer ses agissements, la terrible faute est de faire ce qu’il a fait", soulignent les signataires, qui ajoutent par ailleurs "d’autres faits choquants : son évasion fiscale, sa glorification de tyrans." Pour les personnalités du monde de la culture qui ont signé le texte, "rien de tout cela ne contribue à 'la fierté de la France'".


Aurélie LOEK

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info