Affaire Godrèche : critiquée, Anny Duperey assure qu’elle voulait "tempérer l’emballement médiatique"

par D.D.F.
Publié le 12 février 2024 à 11h07

Source : Quotidien, première partie

Anny Duperey est revenue sur sa prise de parole au sujet des plaintes pour viols sur mineure déposées par Judith Godrèche contre les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon.
Pointée du doigt par Alexandra Lamy, la septuagénaire assure "condamner toute action de viol ou d’abus de pouvoir séducteur" dans un communiqué.
Elle affirme qu’il est "bénéfique que les victimes s’expriment enfin" et admet s’être prononcée "très maladroitement".

Ses mots ont été vivement commentés. Anny Duperey a précisé sa pensée après ses propos polémiques tenus sur l’affaire Judith Godrèche ce week-end. Sur RTL, samedi 10 février, la comédienne de 76 ans avait assuré "ne pas aimer trop les chasses aux sorcières tardives" après les plaintes pour viols sur mineure déposées par l’actrice contre les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour des faits remontant aux années 1980. "Tout ça est extrêmement exagéré", avait-elle déclaré.

De nombreux internautes lui ont répondu dans la foulée, parmi lesquels l’actrice Alexandra Lamy, très engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes. "Madame Duperey, vous voulez dire à toutes ces femmes que vous n'aimez pas les chasses aux sorcières tardives, mais ce ne sont pas des sorcières, ce sont des violeurs, des criminels", écrit-elle. "Il faut dire à toutes ces victimes que vous n'aimez pas la chasse aux violeurs et aux criminels !", a-t-elle réagi dans un long texte posté sur le réseau social X dimanche. Un message largement relayé qui a provoqué un nouveau communiqué de la principale intéressée.

Anny Duperey se défend en invoquant une erreur de communication. "Ce que j’ai voulu, très maladroitement, j’en conviens (…), c’est tempérer l’emballement médiatique", écrit-elle. La star de la série Une famille formidable souligne qu’elle a "toujours défendu ardemment la cause des femmes" et qu’"il est bénéfique que les victimes s’expriment enfin, après un si long silence". "Évidemment, je condamne toute action de viol ou d’abus de pouvoir séducteur, qu’il ait lieu à l’encontre d’adultes et surtout d’enfants et d’adolescents", insiste-t-elle, rappelant qu’elle est "depuis plus de 30 ans" la marraine de l’association SOS Villages d’enfants. 


D.D.F.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info