Le mannequin Ashley Morgan Smithline déclare avoir menti en portant plainte pour agressions sexuelles contre Marilyn Manson.
C'est la quatrième plainte qui s'effondre depuis les accusations initiales de l'actrice Evan Rachel Wood contre le rockeur.
Blacklisté par le showbiz, ce dernier affirme toujours être victime d'un complot visant à détruire sa carrière.

Le scandale qui a brisé la carrière de Marilyn Manson est en train de prendre une tournure surprenante. Un mois après le classement sans suite de sa plainte pour agressions sexuelles, le mannequin Ashley Morgan Smithline avoue avoir menti au sujet de ses relations avec le rockeur. Dans une déposition effectuée ce jeudi par écrit auprès d’un tribunal de Los Angeles, cette femme de 37 ans explique non seulement que toutes ces accusations sont "fausses". Mais aussi qu’elle a été "manipulée" par l’actrice Evan Rachel Wood, à l’origine de l’affaire.

Flashback. Dans un post publié le 1er février 2021 sur Instagram, Evan Rachel Wood affirme avoir été abusée physiquement et psychologiquement par Marilyn Manson lorsqu’ils étaient en couple, de 2007 à 2010. Star de la série Westworld, la jeune femme avaient déclaré à plusieurs reprises dans la presse avoir été victime de violences conjugales, allant même jusqu’à témoigner devant le Congrès américain 2018. Mais jamais jusque-là, elle n’avait dévoilé l’identité de l’homme en question.

Evan Rachel Wood et Marilyn Manson à New York, en 2007
Evan Rachel Wood et Marilyn Manson à New York, en 2007 - AFP

Dans la foulée de sa prise de parole, une quinzaine de femmes ayant fréquenté Marilyn Manson au fil des années avaient témoigné sur les réseaux sociaux et dans les médias, décrivant des agressions sexuelles et des méthodes de manipulation souvent similaires. Le rockeur, de son vrai nom Brian Warner, s’était vite défendu de ces accusations, assurant que toutes ses relations intimes étaient "consenties". 

À Hollywood, où Marilyn Manson mène une double carrière de chanteur et d’acteur depuis le milieu des années 1990, le couperet est vite tombé. Il a été lâché par son agent, par la maison de disques qui venait tout juste de sortir son dernier album et par les producteurs de différentes séries télé. Cloîtré dans sa maison sur les hauteurs de Los Angeles avec sa dernière épouse, la photographe Lindsay Usich, il n’a plus jamais pris la parole depuis. 

Des accusations fabriquées de toutes pièces ?

Comme bien souvent depuis la naissance du mouvement #MeToo, la machine médiatique s’est mise en marche plus vite que l’institution judiciaire. Mais elle finit par rattraper le rockeur puisque quatre plaintes sont déposées contre lui courant 2021. La première émane de l’actrice anglaise Emsé Bianco, une deuxième du mannequin Ashley Morgan Smithline, la troisième d'Ashley Walters, une ex-assistante du rockeur. Et enfin une quatrième d’une femme restée anonyme.

Le dossier Manson se tasse jusqu’au printemps 2022 et la diffusion sur HBO d’un documentaire à charge dans lequel Evan Rachel Wood affirme notamment que son ex-compagnon l’a violée en 2007 sur le tournage du clip de la chanson "Heart-Shaped Glasses" lorsqu’elle avait 18 ans. Discret jusque-là, le rockeur décide de poursuivre l’actrice en diffamation. Mais pas seulement.

Quatre plaintes qui tombent à l'eau

Dans sa plainte, Marilyn Manson affirme qu'Evan Rachel Wood et sa nouvelle compagne, l’artiste Ilma Gore, ont passé trois ans à "recruter" et "coacher" des femmes l’ayant fréquenté afin de le faire passer pour "un violeur" aux yeux de l’opinion. Il les accuse également d’avoir falsifié une lettre d’un agent du FBI pour faire croire que la sécurité de l’actrice et d’autres victimes potentielles d’un trafic d’êtres humains était en danger si elles ne témoignaient pas contre le chanteur. Mais ce n’est pas tout : les avocats de Manson affirment que Ilma Gore aurait hacké la boîte mail de leur client pour y introduire des photos compromettantes.

Cette contre-offensive a-t-elle semé le doute ? Toujours est-il que les plaintes de l’assistante Ashley Walters et de l’accusatrice anonyme vont être rapidement classées sans suite. En dépit du Phoenix Act, l’allongement de la prescription voté à l’automne 2019 par l’État de Californie, les juges en charge de ces affaires estiment que les deux femmes n’ont pas apporté de preuves suffisantes de la culpabilité du chanteur qui connaît là une première victoire judiciaire.

J’ai succombé aux pressions d’Evan Rachel Wood et de ses associées
Ashley Morgan Smithline

En janvier dernier, ce sont les deux autres plaintes qui s’effondrent. Les avocats d’Esmé Bianco annoncent que leur cliente s’est mise d’accord avec Marilyn Manson pour retirer sa plainte en vertu d’un accord tenu secret. Dans la foulée, Ashley Morgan Smithline décide, elle aussi, de mettre un terme à ses poursuites… après avoir été lâchée quelques semaines plus tôt par son avocat. Une décision saluée par l’équipe du rockeur qui précise que la jeune femme n'a demandé de contrepartie.

Nouveau rebondissement cette semaine puisque People révèle que le mannequin s’est rendue ce jeudi devant un tribunal de Los Angeles afin de déclarer qu’elle avait menti aux médias et à la justice au sujet du rockeur. "J’ai succombé aux pressions d’Evan Rachel Wood et de ses associées afin d’effectuer des accusations de viols et d’agressions contre Marilyn Manson qui étaient fausses", peut-on lire dans une déposition que s’est procurée le magazine. 

Ashley Morgan Smithline reconnaît avoir eu "une brève relation sexuelle consentie" avec Marilyn Manson en 2010 et avoir été contactée dix plus tard par l'assistante Ashley Walters et Ilma Gore afin de participer à une réunion de femmes ayant eu "des relations et des expériences" avec le musicien. Dès lors, elle aurait été "harcelée" par Evan Rachel Wood afin qu’elle témoigne contre le musicien.

Du côté de la comédienne, c’est évidemment la consternation. "Evan n’a jamais mis la pression ni manipulé Ashley", déclare un porte-parole à People. "C’est Ashley qui a contacté Eva la première pour lui raconter les abus dont elle a souffert. Il est malheureux que le harcèlement et les menaces dont elle a été victime après avoir déposé plainte la pousse aujourd’hui à modifier son témoignage".

Dans le camp de Marilyn Manson, on ne crie pas encore victoire. Si les quatre plaintes initiales ont été abandonnées, une cinquième a été déposée à New York fin janvier par une femme qui affirme avoir été violée par le rockeur dans les années 1990, lorsqu’elle était mineure. Mais le revirement d’Ashley Morgan Smithline lui donne l’espoir d’un retour en grâce encore improbable il y a quelques mois. Hasard ou pas : pour la première fois depuis des lustres, le chanteur apparaît sur un cliché posté la semaine dernière par son épouse sur Instagram…

Reste à savoir s’il va maintenir sa plainte en diffamation contre Evan Rachel Wood et s’offrir un procès retentissant comme celui intenté par Johnny Depp à Amber Heard. Les deux hommes sont très proches puisque Marilyn Manson est le parrain de Lily Rose Depp, la fille aîné de la star de Pirates des Caraïbes et de Vanessa Paradis. Ils ont déjà enregistré plusieurs chansons ensemble et se sont même faits tatouer un motif similaire sur le dos : la couverture originale du roman de Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info