L'affaire Morandini

Affaire Morandini : la direction de iTélé tacle ses journalistes et défend "la présomption d’innocence"

Jérôme Vermelin
Publié le 7 octobre 2016 à 18h38, mis à jour le 21 octobre 2016 à 15h20
Affaire Morandini : la direction de iTélé tacle ses journalistes et défend "la présomption d’innocence"

Source : SIPA

VERY BAD TRIP – Interpellée par la Société des journalistes, après l’annonce de l’arrivée de Jean-Marc Morandini à l’antenne le 19 octobre, la direction de iTélé lui répond sèchement dans un bref communiqué. Le début d’une guerre ouverte au sein de la chaîne info du groupe Canal + ?

L’annonce a fait l’effet d’une bombe. Dans les médias, en général, et au sein de iTélé en particulier. Ce vendredi matin, la chaîne info du groupe Canal +, annonçait l’arrivée  à partir du 19 octobre de Jean-Marc Morandini sur son antenne, de 18h à 19h, pour présenter une émission consacrée aux médias.

Une annonce d’autant plus étonnante qu’il y a quelques jours, la direction assurait à la Société des journalistes que l’arrivée de l’animateur, prévue avant l’affaire des castings douteux de la websérie "Les Faucons" était reportée sine die "sauf contre-ordre". D’où la stupeur d’une rédaction qui, dans un communiqué, demandait dans la foulée à sa direction de faire machine arrière.

"Alors que depuis des années, l'opinion attend particulièrement des personnalités publiques la probité qui s'impose à tous, alors que le principe d'un retrait de ses fonctions lors d'une mise en examen en attendant le jugement est communément acquis (...) comment pourrions-nous, en tant que journalistes, nous en exonérer ?", s'interrogeait la SDJ de iTélé."

Le principe de la présomption d'innocence est un droit essentiel de la démocratie, et nous continueront à l'appliquer"

La direction de iTélé

Ce vendredi soir, la direction de la chaîne répond à ses journalistes de manière catégorique. "Le communiqué de la SDJ d'iTELE diffusé cet après-midi met en cause le principe de la présomption d'innocence. Les directions d'iTELE et du Groupe CANAL considèrent que ce principe est un droit essentiel de la démocratie, et continueront à l'appliquer."

Rappelons que Jean-Marc Morandini est mis en examen le 23 septembre pour "corruption de mineur aggravée". Le parquet a également décidé de le placer sous contrôle judiciaire du mis en cause. Il est sujet à une interdiction d'exercer une activité professionnelle en lien avec des mineurs et à une obligation de signaler toute sortie du territoire.

Une approche contraire à celle de Europe 1 et NRJ12

La décision de la direction de iTélé est d’autant plus surprenante qu’avant même sa mise en examen, Europe 1, autre employeur de Jean-Marc Morandini, avait décidé de suspendre l’animateur de son antenne, confiant notamment "Le Grand Direct des Médias", son rendez-vous quotidien, à un autre journaliste, Thomas Joubert. 

De son côté la chaîne NRJ12 a décidé de supprimer les plateaux de l’animateur de l’émission Crimes, conservant toutefois sa voix-off sur les sujets. Outre les tensions internes, l'arrivée de Jean-Marc Morandini pourrait être un casse-tête éditorial pour la chaîne. Traitera-t-elle des déboires judiciaires de l'animateur dans les JT encadrant sa nouvelle émission ? Quid des invités en plateau : devront-ils s'abstenir d'évoquer l'affaire ? A suivre...

Retour sur l'affaire MorandiniSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Jérôme Vermelin

Tout
TF1 Info