Créée par les scénaristes du "Bureau des Légendes", la série disponible sur Prime Video le 3 février rejoue la lutte contre l’État islamique en Irak à l’automne 2016.
Les six épisodes se concentrent sur une mission bien particulière des forces spéciales françaises, emmenées par un impressionnant Nicolas Duvauchelle.
Sombre, sous tension et terriblement addictif.

À bord de leurs véhicules blindés, ils embarquent le spectateur pour ne plus le lâcher. Irak, octobre 2016. La bataille de Mossoul, qui permettra aux forces irakiennes de reprendre possession de la ville tenue par Daech, est imminente. Un commando des forces spéciales françaises met la main sur un émir français à qui ces maîtres du renseignement comptent bien soutirer des informations pour empêcher de nouveaux attentats en France. L’homme accepte de coopérer si et uniquement si sa fille et son petit-fils sont exfiltrés et mis à l’abri. 

Des héros de l'ombre pas infaillibles

Disponible ce vendredi 3 février sur Prime Video, Cœurs noirs a mis le nôtre à rude épreuve. Car la mission des militaires français ne se déroulera évidemment pas sans accrocs. L’intense séquence d’ouverture n’est que l’amuse-bouche d’un foisonnant repas étoilé, où chaque épisode vient nous régaler un peu plus sans jamais nous rassasier complètement. Alors on se laisse tenter, on enchaîne un deuxième, puis un troisième. Et on peine à s’arrêter tant on est happé. 

Scénaristes du Bureau des légendes, Duong Dang-Thaï et Corinne Garfin signent une nouvelle création addictive où le sens du détail ne fait qu’accroître l’authenticité de ce qui se joue à l’écran. Du jargon militaire précis - et souvent incompréhensible pour les civils - aux scènes d’action tournées par une caméra mouvante qui n’a peur ni des chocs ni de la violence.

Nicolas Duvauchelle et Tewfik Jallab luttent contre Daech dans la série "Coeurs noirs", sur Prime Video.
Nicolas Duvauchelle et Tewfik Jallab luttent contre Daech dans la série "Coeurs noirs", sur Prime Video. - ©Sife Elamine - Mandarin Télévision-346

Le réalisateur Ziad Doueiri s’installe au cœur de la mêlée, plaçant son objectif à hauteur d’hommes comme pour nous immerger un peu plus dans une zone de combats auxquels peu ont accès. L’écriture et le tournage de Cœurs noirs ont bénéficié des conseils de Redouane Louaazizi, ancien chef de groupe au 13e Régiment de Dragons Parachutistes. Tous les acteurs aussi ont eu droit de suivre le même entraînement que les membres du commando avant les premières prises au Maroc. "Ça a été extrêmement physique, du matin très tôt à faire des tractions en salle ou des footings aux marches de nuit. Tout est au service d’une hygiène de vie irréprochable. J’ai dû boire deux bières en cinq mois, ce qui reste un exploit pour moi (rires) mais ça m’a plié à une discipline nécessaire : une fois que le corps est là, la tête suit", explique Nicolas Duvauchelle dans les notes de production.

L’acteur impressionne de bout en bout, à l’image de l’ensemble du casting où les femmes occupent une place de premier plan. Marie Dompnier incarne la commandante à la tête de la mission, Nina Meurisse est elle une tireuse d’élite fraîchement débarquée en Irak. Concentrée sur l’art du combat, la série n’en oublie pas pour autant l'être humain derrière l'uniforme. Et montre les failles, les craintes de ces héros de l’ombre dont le destin peut basculer en un instant. Cœurs noirs, c’est le surnom que se donnent les combattants français de Daech dans le deuxième épisode. C’est aussi, en miroir, le symbole des membres des forces spéciales, profondément meurtri par leur quotidien dans la chaleur irakienne.

>> Coeurs noirs - six épisodes disponibles le 3 février sur Prime Video


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info