"Anéantir" : les copies pirates du nouveau Houellebecq se multiplient sur Internet

Jérôme Vermelin
Publié le 23 décembre 2021 à 11h53

Source : Sujet TF1 Info

ÉDITION – C’est le roman le plus attendu de la rentrée de janvier. Une version en PDF d’"Anéantir" de Michel Houellebecq circule sur Internet. Sur un site québécois, elle aurait déjà généré plus de 8000 téléchargements.

Michel Houellebecq victime de son succès ? Son nouveau roman intitulé Anéantir vient d’être piraté, à deux semaines de sa mise en vente officielle le 7 janvier prochain. "Il semblerait que le texte circule déjà sur les réseaux, dans un PDF de qualité", indiquait mardi sur Twitter Hervé Bienvault, un blogueur spécialiste du livre électronique. D’après lui, Anéantir aurait déjà fait l’objet de "8000 téléchargements sur un seul site québécois" et serait également accessible sur "un serveur russe" et des "sites miroirs bien connus des milieux académiques".

"Soumission" déjà piraté en 2014

Alors que Le Parisien a confirmé mercredi l'information, l’AFP affirme ce jeudi qu’il existe en réalité deux sites où on trouve cette copie de qualité ainsi qu'un troisième site qui permet d'obtenir, toujours illégalement, une version Epub, destinée aux liseuses. Flammarion, l’éditeur de l’écrivain, affirme que ses services juridique et informatique font leur possible pour obtenir la fermeture des pages internet en question.

Ce n’est pas la première fois que Michel Houellebecq, l'un des auteurs français contemporains les plus traduits au monde, se fait pirater. Fin décembre 2014, Soumission avait déjà "fuité" sur les réseaux avant sa sortie le 7 janvier 2015. À l’époque, il s’agissait vraisemblablement d’une version scannée d’un exemplaire destiné à la presse. L’affaire n’aura pas de suite judiciaire et n’empêchera pas le livre de caracoler en tête des ventes.

Après avoir annoncé la date de sortie du nouveau roman de l’écrivain le plus sulfureux de sa génération, Flammarion a dévoilé sa couverture et son titre, Anéantir, vendredi dernier. La maison d’édition a demandé par écrit aux journalistes qui l’ont reçu de ne rien dévoiler de son contenu avant le 30 décembre. Mais d'après une indiscrétion du ministre de l'Économie Bruno Le Maire début octobre, l'écrivain y prendrait la défense de "l'industrie française".


Jérôme Vermelin