MIGNON – Ce mercredi, le 5ème opus de la saga "L’âge de Glace" débarque en salles. Sid, Manny et Diego essayent d’y survivre à une nouvelle menace météorologique, sur fond de thématique familiale. Si la recette commence à être un peu lassante, on ne boude pas notre plaisir de revoir Scrat se mouvoir à l’écran.

Il est très petit, fort passionné et férocement jusqu’au-boutiste. Sa bouille inimitable et son langage (fait de "gniiii", de "aaah" ou de "ouh") lui ont très vite permis de trouver une place privilégiée dans le cœur des spectateurs de tous âges. Depuis 2002, l’adorable Scrat déploie, l’air de rien, ses charmes dévastateurs dans la saga L’âge de Glace, reléguant sans vergogne les héros au second plan. Car si Manny, Sid et Diego plaisent, l’écureuil à dents de sabre demeure bel et bien la star incontestable de la célèbre franchise animée.  

"Cette fois, on l’envoie dans le cosmos, au cœur d’un environnement inconnu, loin de ses repères, de son confort, de la neige ou des sapins", confie en souriant Galen T. Chu, le co-réalisateur de L’âge de Glace : les lois de l’univers. "Nous l’avons soumis à la technologie, qu’il ne maîtrise absolument pas. Il prend ainsi possession d'un vaisseau spatial dès les premières minutes du film..." Comme d’habitude, ce qui le conduit à prendre autant de risques et à se retrouver dans des situations aussi abracadabrantes, c’est son gland.

Comme Bip Bip pour le Coyote ou Titi pour Grosminet, Scrat n’a jamais cessé de courir à la vitesse de la lumière pour dévorer ce satané fruit du chêne. "Il se bat bec et ongle pour le manger et cette obstination, qui est sa marque de fabrique, cause de graves conséquences pour la Terre et pour ses congénères", poursuit Chu. Afin de satisfaire sa panse, le petiot, armé de son vaisseau, va en effet littéralement bousculer l’équilibre du système solaire et créer un binz phénoménal. Et pourtant, tout serait tellement plus simple si les scénaristes lui accordaient enfin sa maigre pitance.

Eviter l’overdose !

"Peut-être qu’il y arrivera", s’en amuse Chu. "Il y a eu des moments où on y a pensé mais ça tuerait le mythe." Oui : les studios Blue Sky l’ont bien compris… Pour préserver la petite bébête, il faut deux choses : ne pas la nourrir et, contrairement aux Minions qui ont eu droit à leur propre film, ne pas trop la montrer. "Il est génial en personnage complémentaire qui agit par à-coup, à dose homéopathique. On préfère donc l’utiliser dans des courts métrages plutôt que de lui en consacrer un long." Autant dire que Scrat, ambassadeur intersidéral de la ténacité, ne glandera pas de sitôt face à l'adversité. Cela étant, nous lui souhaitons ardemment, entre deux luttes, de pouvoir enfin embrasser la plénitude qu’il mérite tant. 

A LIRE AUSSI >> Visitez l'exposition des studios Blue Sky avec le créateur de "L'âge de glace"


Mehdi Omaïs

Tout
TF1 Info