En salle le 7 septembre prochain, "Rodeo" a été l’une des révélations du dernier Festival de Cannes.
Moins à cause de son contenu que des propos de la réalisatrice Lola Quivoron qui ont embrasé les réseaux sociaux.
Pour la jeune femme, son film n’a rien à voir avec les rodéos urbains qui se multiplient ces dernières semaines dans toute la France.

C’est le genre de "bad buzz" dont elle se serait bien passée. Le 22 mai dernier, la réalisatrice française Lola Quivoron embrasait les réseaux sociaux en parlant de Rodeo dans une interview montée "cut" par Konbini. Dans ce premier film présenté au festival de Cannes, Julia, une passionnée de moto, infiltre le milieu clandestin et hyper masculin du "cross bitume". 

Interrogée par le média en ligne, la jeune femme décrit notamment une "pratique criminalisée à mort" et dénonce des accidents "souvent causés par les flics qui prennent en chasse, qui créent une forme de précarité qui poussent les riders vers la mort".

Repartagés par les internautes, ces propos vont provoquer des réactions indignées de syndicats de police et de nombreux élus, le maire de Cannes David Lisnard comparant l'interview à "un sketch des Inconnus". Il faut dire que quelques heures plus tôt, un garçon de 5 ans avait été blessé à Pantin, en Seine-Saint-Denis, suite au passage d’un scooter lors d’un rodéo urbain. Mauvais timing ou incompréhension ?

Depuis, les drames de ce type se sont multipliés tout l’été, avec en point d’orgue l’accident survenu le 5 août dernier à Pontoise. La petite Kenya, 7 ans, jouait avec un camarade de 11 ans lorsqu’elle a été percutée par un motard qui prenait part à un rodéo sauvage. Victime d’un trauma crânien, la première été opérée avec succès tandis que le second souffre d’une fracture du tibia péroné.

Mes propos ont été caricaturés, surinterprétés, extrapolés au fil des articles et des plateaux TV par des journalistes, qui n’avaient eux-mêmes pas vu mon film
Lola Quivoron dans "Le Parisien"

La mère de Kenya, toujours sous le choc, a décidé de porter plainte pour inaction contre l’État, au moment où le gouvernement annonce une multiplication des contrôles face à un phénomène endémique. Plus de 2.200 personnes ont été interpellées et 1.800 scooters et motos ont été saisis depuis le début de l'année pour des rodéos urbains, davantage qu'en 2021, a annoncé mercredi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Et le film de Lola Quivoron dans tout ça ? En amont de la sortie en salles le 7 septembre prochain, la réalisatrice a tenté d’éteindre la polémique dans une interview fin juillet au Parisien. D’après elle, ses propos ont été "caricaturés, surinterprétés, extrapolés au fil des articles et des plateaux TV par des journalistes, qui n’avaient eux-mêmes pas vu mon film."

"La plupart des accidents relatés depuis le Festival de Cannes et qui ont alimenté la polémique ont eu lieu dans le cadre de jeux inconscients de vitesse, majoritairement à scooter, au cœur des villes, par des jeunes souvent isolés, en marge du mouvement bike-life", souligne la cinéaste. "Ce sont des drames qui n’ont rien à voir avec la pratique du cross bitume que j’aborde dans Rodeo", insiste-elle.

Quid de ses déclarations sur les forces de l’ordre ? "Je sais seulement que lors de ces fameux rodéos urbains dont tout le monde parle, des riders ont été blessés ou ont trouvé la mort en étant poursuivi par la police", dit-elle "Ce n’est pas parce que je précise cette réalité que je nie d’autres types d’accidents : des collisions, des piétons fauchés, des chutes tragiques, etc."

Sur la Croisette, Rodeo a reçu le coup du cœur du jury Un certain regard, dont faisait notamment partie le chanteur Benjamin Biolay. La presse, française et internationale, s’est montrée globalement enthousiaste et beaucoup lui président déjà une nomination aux César. La polémique aura-t-elle un impact sur l’accueil du public ? 

"Pour le moment, nous n'avons pas de problème pour le mettre en salle, les exploitants de cinéma ont apprécié le film", déclare le producteur Charles Gilibert dans Marianne. Soulignant "le fruit d'un travail très sérieux mené par la réalisatrice depuis sept ans", il estime qu’il n'y a "aucune ambiguïté sur le fait que mettre en danger la vie des autres est extrêmement problématique."

>> Rodeo de Lola Quivoron. Avec Julie Ledru, Yanis Lafki, Antonia Buresi. 1h45. En salles le 7 septembre


Jérôme VERMELIN

Tout
TF1 Info