Les "sensitivity readers" s'attaquent aux romans d'Agatha Christie.
Comme le rapporte le "Telegraph", les nouvelles éditions des Mystères de Poirot et Miss Marple ont été retravaillées.
Certains passages jugés comme offensants ont même été supprimés afin d'éviter toute polémique.

Les "sensitivity readers" continuent leur œuvre. Après Roald Dahl et Ian Fleming, c’est au tour d’Agatha Christie de passer entre les mains de ces relecteurs qui scrutent dans les livres les passages qui pourraient offenser les sensibilités modernes. Comme le rapporte le Telegraph, les aventures des détectives Miss Marple et Hercule Poirot publiées depuis 2020 ont été réécrites et modifiées par la maison d'édition américaine Harper Collins afin de supprimer tout langage potentiellement blessant ou pouvant créer polémique.

Comme l'a constaté le quotidien, des dizaines de modifications ont été apportées aux textes écrits de 1920 à 1976, "les privant de nombreux passages contenant des descriptions, des insultes ou des références à l'ethnicité, en particulier pour les personnages que les protagonistes de Christie rencontrent en dehors du Royaume-Uni".

Dans Mort sur le Nil (1973), le personnage de Mme Allerton se plaint d'un groupe d'enfants qui la harcèle. "Ils reviennent et regardent, et regardent, et leurs yeux sont tout simplement dégoûtants, tout comme leur nez, et je ne crois pas que j'aime vraiment les enfants", écrit Agatha Christie. Dans la nouvelle version, le personnage déclare : "Ils reviennent et regardent, et regardent. Et je ne crois pas que j'aime vraiment les enfants".

"Oriental", gitan", "indigène", des termes retirés

Des termes comme "oriental" ont également été retirés, tout comme "gitan", dans la phrase "une jeune femme de type gitan" que l'on pouvait lire dans La Mystérieuse Affaire de Style. Dans le même ouvrage, Hercule Poirot fait remarquer qu'un personnage est "juif", un mot qui n'apparaît plus dans la nouvelle version. Dans Miss Marple tire sa révérence, le "tempérament indien" du juge indien qui se met en colère devient juste "son tempérament". Toutes les références aux "indigènes" ont par ailleurs été supprimées ou remplacées par le mot "local".

En 2020, il ne faut plus blesser

Ce n'est pas la première fois que les œuvres d'Agatha Christie sont modifiées. On se souvient qu'en 2020, son célèbre roman Dix petits nègres avait été rebaptisé Ils étaient 10. Une décision prise par l'arrière-petit-fils de l'écrivaine, James Prichard, pour ne pas blesser. "Mon avis, c'est qu’Agatha Christie était avant tout là pour divertir et elle n’aurait pas aimé l’idée que quelqu’un soit blessé par une de ses tournures de phrases. Aujourd’hui, heureusement, nous pouvons y remédier sans trahir le texte tout en étant acceptable pour chacun", avait-il détaillé sur RTL. "Nous ne devons plus utiliser des termes qui risquent de blesser : voilà le comportement à adopter en 2020". 


Rania HOBALLAH

Tout
TF1 Info