"Avalonia" sur Disney+ : une fantastique aventure familiale qu'on aurait adoré voir au cinéma

Publié le 22 décembre 2022 à 18h31

Source : Sujet TF1 Info

Privé de sortie en salles en France, le nouveau film d’animation des studios Disney ne sera disponible qu’en streaming à partir du vendredi 23 décembre.
Une déception à la hauteur de l’enchantement provoqué par cet univers rempli de créatures étranges qui en met plein les yeux.
Du grand spectacle pour petits et grands, qui s’accompagne d’un message fort pour la préservation de l’environnement.

Dans le monde merveilleux de Disney, il n’y a pas que la famille Madrigal qui soit fantastique. Après le flamboyant Encanto, les studios d’animation de la firme aux grandes oreilles introduisent un nouveau clan sans pouvoirs magiques mais avec une détermination à toutes épreuves. Avalonia, l’étrange voyage fait les présentations avec les Clade. Chez eux la curiosité n’est pas un vilain défaut, c’est un mode de vie. Jaeger, le père, est un explorateur de légende qui n’est jamais revenu après une expédition en haute montagne.

Fable éco-responsable et inclusive

Searcher, le fils, a développé sa propre exploitation agricole autour du pando, une plante qu’il a découverte à l’adolescence et qui fournit tous les habitants en énergie. Mais quand sa puissance décline et menace la prospérité d’Avalonia, le gentil fermier est contraint de marcher sur les traces de son père disparu et de trouver ce qui coince avec cette source vitale. Sans même savoir où elle se trouve. Sa femme Meridian et leur propre fils, Ethan, se grefferont à cet "étrange voyage" qui les emmènera dans un monde ne ressemblant à aucun autre.

Disney

L’idée d’Avalonia est née dans l’esprit de Don Hall il y a cinq ans, alors qu’il venait de boucler Vaiana. "J’ai deux fils et je me suis demandé le genre de monde qu’on allait leur laisser, comparé à celui que j’ai hérité de mon père, qui était agriculteur. Et ils sont très différents", explique le réalisateur lors d’une conférence de presse virtuelle, ajoutant qu’il avait voulu "faire un film sur l’environnement" autour de trois générations. Fable éco-responsable et inclusive – Ethan est amoureux d’un garçon "sans que cela constitue l’intrigue en soi", le film met en scène des héros en conflit permanent qui sont aussi la cause des maux de l’intrigue. Car rien n’a plus d’impact sur le monde dans lequel nous vivons que notre propre action. 

Un résultat envoûtant

Si Don Hall a été biberonné aux œuvres de Jules Verne et Sir Arthur Conan Doyle, le producteur Roy Conli cite Jurassic Park, Indiana Jones et 3h10 pour Yuma parmi ses inspirations. Qui Nguyen, co-réalisateur, évoque lui "les balais de Fantasia et le tapis magique d’Aladin" pour détailler la conception des créatures incroyables que rencontre le groupe dans son étrange voyage. Des personnages essentiellement sans visage et sans parole, à l’image du mignon Splat qui devrait faire fureur côté produits dérivés. Composée d’une profusion de textures et de couleurs, l’animation est aussi belle qu’étonnante.  

Ethan se lie d'amitié avec Splat, une étrange créature dans "Avalonia".
Ethan se lie d'amitié avec Splat, une étrange créature dans "Avalonia". - Disney

"Le fait de réserver la couleur verte à la partie à Avalonia a forcé nos artistes à trouver de nouvelles combinaisons pour l’autre monde. On a beaucoup de magenta, de violet, du pêche et du saumon aussi", note Don Hall. Autant de couleurs qui disparaissent quand tout est en danger, "pour que le public ressente ce que c’est quand un écosystème meurt. La couleur est devenue un outil très important du récit". Sur grand écran, le résultat est envoûtant et vous embarque pour ne jamais plus vous lâcher. 

De quoi faire regretter davantage la stratégie tout numérique de Disney pour ses films d’animation. Si les Clade résistent aux tempêtes, ils n’ont rien pu faire face au bras de fer qui oppose le studio américain et la chronologie des médias français (qui régule la façon dont les films peuvent être diffusés sur les plateformes et à la télévision après leur sortie en salles). Disney a fait le choix de ne pas sortir Avalonia, l’étrange voyage au cinéma en France pour le réserver à sa plateforme Disney+ à deux jours de Noël. C’était déjà le cas de Raya et le dernier dragon et des Pixar Soul, Luca et Alerte rouge. Seul Encanto a échappé à la malédiction du streaming et a largement trouvé son public avec 3,2 millions de spectateurs l'an dernier. Un signe pour l'avenir ?

>> Avalonia, l'étrange voyage - sur Disney+ dès le 23 décembre


Delphine DE FREITAS

Tout
TF1 Info